Base documentaire

Hommage à Aliette Levecque (1942-2012), militante de l’économie sociale

Aliette Levecque est décédée le 16 octobre 2012. Fidèle membre du comité de rédaction de la Recma depuis 2002, elle a effectué toute sa carrière, de 1968 à 2003, à la Mutualité française, où ses talents d’organisatrice et ses qualités relationnelles ont été à l’origine de réalisations marquantes. Dès 1968, elle a mis en place et géré la bibliothèque, la photothèque et le service de documentation. Entre 1978 et 1990, elle était chargée des relations avec la presse, assurait le conseil en communication auprès des groupements mutualistes et organisait les événements (colloques, expositions, congrès). C’est durant cette période qu’elle a rédigé, avec Jean Benhamou, un « Que-sais-je ? » sur la mutualité (1). La bibliographie sur la mutualité étant inexistante au début des années 80, la lecture de ce petit ouvrage constituait alors, pour les apprentis-historiens, un préalable à toute incursion dans les archives mutualistes.

En 1990, Aliette a rejoint le secteur international de la Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF), avec pour mission de promouvoir la mutualité à l’étranger et d’assurer le transfert du savoir-faire en matière d’assurance maladie et de protection sociale. Elle a effectué plusieurs missions dans les pays de l’Est et en Afrique, notamment au Sénégal pour la construction du centre de santé à Rufisque, une incontestable réussite. Chargée du secteur de l’économie sociale et solidaire à la FNMF avec Paul Picard, elle a participé à la création du Conseil des entreprises, employeurs et groupements de l’économie sociale (Ceges) (2).

Aliette était également une militante du Parti socialiste, à Pantin et à Paris, une syndicaliste, fondatrice de la section CFDT à la FNMF, et une responsable mutualiste, siégeant au conseil d’administration de la Mutuelle d’entraide de la Mutualité française.

Depuis qu’elle avait fait valoir ses droits à la retraite, en 2004, elle n’avait pas pour autant déserté le terrain de l’économie sociale. Elle était tout d’abord l’auteure du très apprécié et précurseur Agenda de l’économie sociale, qui, à l’entête du Ceges et largement diffusé par courrier électronique, permettait chaque mois de lister toutes les manifestations en cours et à venir. Aliette s’inquiétait de savoir qui après elle reprendrait le flambeau de cette initiative, qu’elle savait utile à tous, salariés et militants, et dont la Recma avait doublé la publication depuis 2003 sous le juste titre de « l’Agenda d’Aliette Levecque ». La succession est assurée avec La Lettre de la Recma, diffusée chaque semaine auprès de tous ceux qui en font la demande. Aliette participait, par ailleurs, au groupe Femmes du Mouvement européen de France, association militant en faveur de la construction européenne  dans une perspective fédérale. Membre actif d’une association d’aide au développement et aux échanges Nord-Sud pour l’envoi de médicaments, la prévention du sida, la création d’un centre de santé et l’envoi de bourses pour les jeunes, elle avait été élue « Reine de tous les Européens » par les habitants du village de Mempassem, au Togo. Aliette était l’unique représentante de la branche des mutuelles santé au comité de rédaction de la Recma, traditionnellement composé de chercheurs et d’acteurs des mouvements de l’économie sociale. La disparition de cette militante aussi chaleureuse qu’efficace laisse un grand vide auprès de tous ceux qui l’ont côtoyée.

La rédaction

(1) Benhamou J., Levecque A., La mutualité, Paris, PUF, Que-sais-je ?, 1983

(2) Lire « Une grande belle dame nous a quittés » de Paul Picard, sur www.ceges.or

Aliette Levecque est décédée le 16 octobre 2012. Fidèle membre du comité de rédaction de la Recma depuis 2002, elle a effectué toute sa carrière, de 1968 à 2003, à la Mutualité française, où ses talents d’organisatrice et ses qualités relationnelles ont été à l’origine de réalisations marquantes. Dès 1968, elle a mis en place et géré la bibliothèque, la photothèque et le service de documentation. Entre 1978 et 1990, elle était chargée des relations avec la presse, assurait le conseil en communication auprès des groupements mutualistes et organisait les événements (colloques, expositions, congrès). C’est durant cette période qu’elle a rédigé, avec Jean Benhamou, un « Que-sais-je ? » sur la mutualité (1). La bibliographie sur la mutualité étant inexistante au début des années 80, la lecture de ce petit ouvrage constituait alors, pour les apprentis-historiens, un préalable à toute incursion dans les archives mutualistes.

114 000 emplois d'avenir dans l'ESS? Etude du Crédoc sur les besoins en main d'oeuvre dans l'ESS, janvier 2013

Un rapport du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc) remis le 29 janvier 2013 à Benoît Hamon rappelle que  600000 salariés du secteur partiront à la retraite d’ici à 2020. Une aubaine pour les jeunes ? Le "potentiel maximum d’embauches annuelles pour les jeunes peu qualifiés",  s’élèverait à 114000. Ce chiffre est très concentré sur un faible nombre d’activité, le seul secteur de l’action sociale pensant à lui seul près de 59000 embauches potentielles. Il est aussi très concentré sur un faible nombre de métiers, les 20 premiers pesant 88 % du total : aides à domicile, aides-soignants, agents d’entretiens, jardiniers paysagistes, employés de maison… Le rapport souligne aussi le niveau élevé de précarité des emplois de l’ESS (63 % de  temps complet seulement, 58 % pour les associations).

"Chiffrage de l'emploi dans les organisations de l'économie sociale en France: une analyse critique", Dussuet Annie, Flahault Erika

Annie Dussuet (Centre Nantais de Sociologie, Université de Nantes : EA3260) et  Erika Flahault (Espaces et Sociétés, UMR6590 – Agrocampus Ouest) ont publié en septembre 2010 dans  les Cahiers du Cirtes sur "Transformations et innovations économiques et sociales en Europe : quelles sorties de crise ?

Les associations face à la conjoncture et aux emplois d'avenir, étude de Recherches&Solidarités

Une nouvelle enquête de Recherches&Solidarités, menée en décembre 2012 auprès de 1709 responsables associatifs, montre que les difficultés en matière de bénévolat, comme sur le plan financier, sont toujours présentes. Pour autant, le moral des dirigeants bénévoles est à l'optimisme, avec la volonté avec  de se mobiliser pour des emplois d'avenir réussis.

Essenregion-Avise : dossier "Stratégie Europe 2020 et politiques ESS"

L’Union européenne a souhaité inscrire une nouvelle dynamique en faveur de l’économie sociale et solidaire au cœur de la Stratégie Europe 2020. Le prochain cadre financier pluriannuel de la politique de cohésion européenne 2014-2020, qui se traduit par la mise en place d’une nouvelle programmation 2014-2020 des Fonds structurels européens, est actuellement en cours de négociation et sera en prise avec les nombreuses opportunités proposées par l’Union européenne en faveur de l’économie sociale et solidaire. Le Centre de ressources essenregion propose un dossier thématique afin de donner des premières clés de compréhension concernant les impacts de la Stratégie Europe 2020 sur les politiques d’économie sociale et solidaire françaises.

Développement durable et responsabilité sociétale des acteurs de l'ESS

Ce document de la Cress des Pays de la Loire a pour ambition de valoriser les démarches responsables des entreprises de l’ESS, susciter des échanges et orienter les acteurs de l’ESS vers une adéquation entre les valeurs et les pratiques. Le document formalise une vision commune sur les interactions existantes entre l’ESS et le projet de société de développement durable.

Réflexions coopératives à la lumière de certaines expériences économiques de l'autogestion ouvrière en temps de crise

Dans le premier article de cette troisième édition des documents de l'économie solidaire  Jordi Jané Garcia examine les différentes conceptions de l'autogestion, de la coopération et de de l'économie sociale. Andrés Ruggeri fait le point sur l'état actuel de plus de 200 entreprises récupérées par les travailleurs en Argentine.

Pages