"Gestion des entreprises sociales et solidaires", 15-16 décembre 2014, Clermont-Ferrand, appel à communications jusqu'au 30 juin

Suite à la première édition de la journée de recherche GESS (Gestion des Entreprises Sociales et Solidaires) organisée en décembre 2013 par l’Université Paris-Est - IRG, nous aurons le plaisir de vous recevoir à Clermont-Ferrand les 15 et 16 décembre 2014. Les journées de recherche GESS ont pour vocation d’accueillir, dans un esprit pluridisciplinaire, des travaux de recherche centrés sur les entreprises opérant dans le champ de l’économie sociale et solidaire (coopératives mutuelles, SCIC, SCOP, associations, fondations, CAE…). L'appel à communications est ouvert jusqu'au 30 juin.

Loin de constituer un phénomène marginal, les entreprises de l’ESS représentent en France 10,3% de l'emploi total, 13,9% de l'emploi privé, 2,34 millions de salariés et 222 900 établissements employeurs (rapport CNCRES). Au-delà des chiffres, les entreprises de l’ESS font face à d’importantes évolutions voire innovations réglementaires et législatives qui contribuent à renouveler leur fonctionnement et leurs modalités de pilotage. Au Royaume- Uni, le concept de « Big Society » porté par le gouvernement Cameron bouscule le spectre 2 d’action des entreprises de l’ESS. Ce projet qui vise à transférer les prérogatives de l’Etat Providence vers les entreprises de l’ESS pousse ces dernières à renouveler aussi bien leurs positionnements stratégiques que leurs modes de gouvernance. En 2012, l’Etat de Californie a donné naissance à une importante innovation juridique : la « flexible purpose corporation ». Ce nouveau statut offre la possibilité à une entreprise d’ajouter dans ses statuts un autre objectif que celui de la recherche du profit. Loin d’être rhétorique cette innovation en matière de droit des sociétés donne aux dirigeants une plus grande latitude pour engager et piloter leurs entreprises dans une meilleure conciliation d’objectifs potentiellement contradictoires. En France, l’actuel projet de loi sur l’économie sociale et solidaire va également conduire à d’importantes évolutions pour les acteurs de l’ESS.

Aussi bien en France qu’à l’étranger, les nombreuses transformations institutionnelles qui touchent le secteur de l’ESS conduisent à une évolution des objets de recherche dont la portée reste à évaluer. Les travaux présentés durant les journées GESS ont pour but d’enrichir nos connaissances sur le fonctionnement des entreprises de l’ESS. Les propositions de contribution pourront aborder de nombreux thèmes qui traversent les différentes disciplines des sciences de gestion (stratégie, gestion des ressources humaines, marketing, comptabilité, contrôle de gestion, finance, communication). Des contributions en dehors des sciences de gestion sont également éligibles dans la mesure où elles questionnent les concepts et/ou les pratiques de gestion des entreprises sociales et solidaires. Les thèmes pourront concerner un éventail de questions, comme par exemple:

- Comment se fabrique la stratégie dans les entreprises de l’ESS ?

- Comment transmettre une entreprise de l’ESS ? Avec quelles modalités ? Quels sont les facteurs essentiels de ce processus ?

- Quelle gouvernance pour les entreprises de l’ESS ?

- Les SCIC constituent-elles un modèle de gouvernance partenariale ? Ce modèle préfigure-t il l’évolution des formes classiques de gouvernance d’entreprise ?

- Les entreprises de l’ESS développent-elles une politique de Ressources Humaines spécifique ?

- Quelle performance et modes d’évaluation comptable des entreprises de l’ESS ? Faut-il un système comptable spécifique aux entreprises de l’ESS ?

- Sur quels outils de gestion s’appuient les entreprises sociales et solidaires ? Sont-ils adaptés à leurs spécificités organisationnelles ?

- Que peut-on attendre des évolutions réglementaires et législatives ?

- Comment les entreprises de l’ESS transforment-elles et impliquent-elles les usagers dans la construction de l’offre ? Que signifie la participation dans ce contexte organisationnel ?

- Comment différents acteurs d’un territoire construisent-ils un marché ?

- Comment valoriser une marque ESS sur un marché concurrentiel ?

- Quelles stratégies de communication (globale et territoriale) pour les entreprises de l’ESS?

- Comment aborder la question des médias sociaux ?

Le travail en débat dans les entreprises de l’ESS

Si la journée accueille toutes les contributions dans un esprit pluridisciplinaire nous souhaitons réaliser un éclairage particulier sur le thème du travail dans les entreprises de l’ESS.

La place du travail, sa définition, son évolution, sa mise en oeuvre et son évaluation constitue un questionnement essentiel pour l’ensemble des entreprises. Si les entreprises de l’ESS mettent souvent en avant leur gouvernance démocratique, elles s’intéressent relativement moins à la question du travail humain et de son déploiement. Elles mettent plutôt l’accent sur l’importance de leurs activités en termes d’emplois et de services rendus à la communauté mais s’interrogent rarement sur l’organisation interne du travail. Or, c’est bien de cette organisation du travail que dépend la capacité des entreprises de l’ESS à rendre des services à la communauté et à développer les emplois.

Nous aurons le plaisir de débattre de ces questions à l’occasion de la conférence du lundi soir et du témoignage entreprise du mardi midi.

Date à retenir

Remise des résumés étendus : 30 juin 2014

Avis du comité scientifique : septembre 2014

Envoi des communications complètes : 15 novembre 2014

Inscription à partir de septembre 2014 auprès de Céline Royet (celine.royet@udamail.fr)

Date de la conférence : 15 et 16 décembre 2014

Frais de participation : 50 euros (25 euros pour les doctorants)

L'appel à communications