Base doc

Les coopératives de transport se renouvellent

Lors de son séminaire annuel des 6 et 7 mai, Unicooptrans, la fédération nationale des coopératives et groupements du transport, a décidé de changer de nom : Unicooptrans devient ainsi France Groupements. Un débat autour du thème « La transmission ou la reprise d’entreprise dans le cadre d’un groupement » a notamment permis d’échanger avec des étudiants en transport sur la pertinence du modèle coopératif. Stéphane Aio, président de la fédération, a rappelé qu’il fallait saisir l’opportunité de 2012, Année internationale des coopératives, pour communiquer sur le statut coopératif. Ce qui n'est pas évident avec le nouveau nom de la fédération.

Les entreprises sociales mettent en question la mesure de la qualité de l’emploi

Employant 2 529 936 salariés, les entreprises de l’économie sociale et solidaire ont réalisé 345 milliards € d’activité en 2010. Le Rapport annuel "L’entreprise sociale en mouvement", publié par le CEGES le 27 avril à l’occasion de son Assemblée générale, met en évidence le rôle clé des entreprises de l’économie sociale dans une réponse performante économiquement et pertinente socialement aux besoins sociaux notamment dans les secteurs de la santé, de l’action sociale et médico-sociale, de l’assurance, des sports et loisirs, de l’agro-alimentaire ou du commerce… « Fondées sur un principe de solidarité entre les personnes et non de rémunération du capital, les entreprises sociales portent une autre régulation économique des marchés en faveur d’une accessibilité pour tous, d’une modération des prix du marché et d’une adaptation aux besoins des personnes », indique Gérard Andreck, président de la MACIF et président du CEGES. Malgré les difficultés économiques notamment dans le secteur des services à la personne, les entreprises sociales demeurent plus créatrices d’emplois que les autres entreprises : la création d’emplois dans l’économie sociale est en moyenne supérieure d’un point à celle dans les autres entreprises, hors économie sociale.

Organisations professionnelles agricoles et institutions financières rurales : construire une nouvelle alliance au service de l’agriculture paysanne

Betty Wampfler, François Doligez, Cécile Lapenu. Les Cahiers de l’Institut des régions chaudes-SupAgro, Montpellier, 2010, 148 p.

Ce guide opérationnel allie réflexions macroéconomiques et macro-sociales et propositions concrètes autour de la relation entre les producteurs agricoles familiaux, leurs organisations et les institutions de financement.

Une éthique pour l’économie

Hugues Puel. Cerf, 2010.

Alors qu’elle était au coeur de la réflexion de nombreux économistes classiques comme Sismondi, Stuart Mill ou Walras, la question de l’éthique a ensuite été très largement évacuée de la théorie économique dominante à partir du moment où celle-ci s’est focalisée sur le paradigme de l’intérêt et sur la figure de l’Homo oeconomicus, cet être absolument rationnel dont chaque décision est le résultat d’un irréprochable calcul coûtsbénéfices. Depuis une vingtaine d’années, cette question de l’éthique est de nouveau considérée par certains économistes et davantage encore par des gestionnaires et des analystes de l’entreprise à travers notamment les courants de l’éthique des affaires et de la responsabilité sociale de l’entreprise.

Femmes, économies et développement, de la résistance à la justice sociale

I. Guérin, M. Hersent et L. Fraisse (dir.). Editions Eres-IRD, Paris, 2011, 382 p.

Ce livre part d’un constat : qu’il s’agisse de cantines populaires, de microfinance, de coopératives de transformation de produits agricoles, d’emplois et de protection sociale ou de prise en charge des questions d’assainissement ou de déchets, se développent une multitude d’initiatives féminines mêlant actions économiques et solidarités, alors que, paradoxalement, les inégalités hommes-femmes font l’objet d’une remarquable permanence. L’ouvrage s’est donné pour objet d’étude ces initiatives, pour l’essentiel situées dans le champ de l’économie sociale et solidaire, et qui constituent une réponse pragmatique aux problèmes du quotidien des femmes, mais qui, par leur dimension collective, apportent aussi des innovations en matière d’organisation et de formes de revendication de changements structurels. La grille de lecture est double : elle analyse le rôle économique des initiatives des femmes, mais questionne également leurs enjeux du point de vue des rapports sociaux et politiques.

L’économie sociale en Afrique : les perspectives du nouveau droit Ohada

L’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (Ohada) est née d’un traité signé à Port-Louis (île Maurice) le 17 octobre 1993, avec pour objectif principal de parvenir à une intégration juridique à travers l’harmonisation – ou, mieux, l’uniformisation – du droit des affaires en Afrique. L’institution regroupe dix-sept Etats (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Comores, Congo, République démocratique du Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Mali, Niger, République centrafricaine, Sénégal, Tchad et Togo). La formule utilisée pour uniformiser le droit des affaires est l’adoption d’actes uniformes dont les dispositions sont directement applicables dans les Etats membres. Le neuvième, relatif au droit des sociétés coopératives, a été adopté le 15 décembre 2010 à Lomé, au Togo, et a été publié au journal officiel de l’Ohada le 15 février. Si le texte constitue une avancée importante pour le développement des sociétés coopératives en Afrique, il laisse une grande liberté aux statuts.

L’économie sociale au Portugal

Au Portugal, l’économie sociale jouit depuis la révolution de 1974 d’une reconnaissance constitutionnelle (1). Lors de la présidence portugaise de l’Union en 1992, Lisbonne organisait la IIIe Conférence européenne de l’économie sociale. Les contacts entre les familles n’ont jamais cessé depuis, mais ont pris un tour nouveau en août 2010, avec la création du Conseil national de l’économie sociale. Rapide panorama de l’économie sociale dans ce pays où, comme ailleurs en Europe, une profonde crise budgétaire et politique est susceptible de faire évoluer les relations entre le tiers secteur (2) et les pouvoirs publics .

Logiciel libre et ESS

La Macif Paris accueillait le 9 juin 2011 une conférence sur le thème "ESS et Logiciels libres". Le compte-rendu de cette manifestation est en ligne sur le site Rencontres Sociales.