Actu Presse

25/04/2017 - 14:13

Les obligations à impact social, les « social impact bonds », sont des contrats développés depuis 2010 dans plusieurs pays européens pour financer des projets sociaux innovants portés par des acteurs sociaux (associations, entreprises solidaires). L’argent est apporté par un investisseur privé (fondation, banque...). En cas de succès du projet, et selon des critères et objectifs fixés au départ, l’Etat s’engage à rembourser l’investisseur avec une prime de risque. Autrement dit, l’Etat paye cher, mais ne finance que ce qui marche.

25/04/2017 - 13:07

Le 9 mars, Pôle emploi et l’Union des emplo­yeurs de l’économie sociale et solidaire (Udes) ont signé une convention pour la période 2017-2020 afin de valoriser les métiers de l’économie sociale et solidaire auprès des demandeurs d’emploi, et parallèlement, accompagner les employeurs de l’ESS dans leurs opérations de recrutement.

25/04/2017 - 13:04

Voilà quatorze ans, la Semaine de la coopération à l’école était créée, portée par l’OCCE (Office central de la coopération à l’école) et Coop FR. Objectif : sensibiliser les enfants à l’action collective sous-tendue par les valeurs d’égalité, de solidarité, de démocratie, d’engagement pour un collectif...

25/04/2017 - 12:44

L’économie sociale et solidaire (ESS) ne compte pas moins de 67 % de femmes salariées, dont 52,8 % dans les postes d’enca­drement, selon les chiffres de l’Observatoire national de l’ESS et du CNCress.

25/04/2017 - 12:37

Pour la première fois, un séminaire organisé le 24 janvier à Paris par l’institut Godin, le Labo de l’ESS et l’institut CDC pour la recherche, réunissait des chercheurs ainsi que plusieurs représentants de pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) pour débattre d’un thème rarement abordé. Laurent Fraisse, membre du Labo de l’ESS et responsable du groupe de travail « analyse et caractérisation des PTCE », posait en effet la question : « La recherche sur les pôles territoriaux de coopé­ration économique est-elle structurante ou non ? »

23/04/2017 - 16:40

Le XXVII e colloque de l’Association pour le développement des données sur l’économie sociale (Addes) s’est tenu le 26 janvier 2017 dans les locaux de la MGEN autour du thème : « Les relations entre l’économie sociale et solidaire (ESS) et les pouvoirs publics. » Si la question des relations entre l’ESS et l’Etat a été sous-jacente dans nombre de colloques de l’Addes, notamment ceux portant sur les financements (Thème du colloque de 1986 : « Economie sociale et financements publics. ») , elle n’avait jamais été traitée per se depuis 1995.

23/02/2017 - 09:16

Le crédit d’impôt de taxe sur les salaires s’appliquera aux associations et aux mutuelles du Livre III à partir de janvier 2017, prenant le relais du CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) qui ne concernait que les entreprises depuis sa création en 2013. Les organismes mutualistes pouvant bénéficier de ce dispositif sont les mutuelles et unions pratiquant la prévention, l’action sociale et la gestion de réalisations sanitaires et sociales.

23/02/2017 - 09:13

Dans un communiqué de presse du 15 décembre, la FNMF annonce que, suite à une assemblée générale extraordinaire, les petites mutuelles seront désormais mieux représentées dans la gouvernance fédérale.

23/02/2017 - 09:11

Fondée en 1946 par un groupe d’instituteurs syndicalistes, la Mutuelle générale de ­l’Education nationale (MGEN) a fêté ses 70 ans en grande pompe à la Maison de la radio. Le groupe MGEN est l’une des trois entités de l’union mutualiste de groupe (UMG) MGEN-Istya-Harmonie, qui s’impose comme le premier groupe non lucratif de protection sociale. Le groupe MGEN protège ­aujourd’hui 3,8 millions de personnes.

23/02/2017 - 09:09

De plus en plus soumis à la double pression de la concurrence du marché et des contraintes règlementaires qui lui sont imposées par l’Etat ou par l’Union européenne, le monde mutualiste a vu ses marges de manœuvre se rétrécir considérablement depuis une vingtaine d’années. Si la dynamique concentrationnaire à l’œuvre depuis une quinzaine d’années se justifie par des arguments économiques (réserves prudentielles), elle n’en traduit pas moins une perte d’autonomie des mutuelles.