Investissement solidaire : moins rentable, plus sûr

Les PME « classiques » ne sont pas les seules à chercher des fonds pour assurer leur développement. C’est aussi le cas des entreprises solidaires, c’est-à-dire celles qui ne privilégient pas le profit financier, mais qui mettent en avant la valeur ajoutée sociale, environnementale, ou la solidarité, par de multiples voies.

 

Plusieurs d’entre elles ouvrent régulièrement leur capital en émettant des actions ou des parts sociales, et permettent aux souscripteurs de bénéficier d’avantages fiscaux (réduction d’impôt sur le revenu et/ou réduction d’impôt de solidarité sur la fortune), même si elles ont plus de cinq ans. Il suffit pour cela qu’elles aient reçu l’agrément « solidaire » attribué par les préfectures. Seules celles qui jouent la carte des énergies renouvelables se trouvent excluent de ce dispositif.

Lire la suite sur le site du Monde.

Sur le même sujet, lire l'interview de Sophie Des Mazery, directrice de Finansol sur le site de 20minutes.