Interview de C. Delga sur la finance solidaire

Carole Delga répond aux questions du Monde :

Comment mieux flécher l’épargne des Français vers les entreprises de l’économie sociale et solidaire (ESS) ?

Nous sommes en train de discuter avec les collecteurs d’épargne longue, gestionnaires d’épargne salariale et assureurs, ainsi qu’avec le secteur bancaire, pour répondre à cette question essentielle. C’est d’autant plus nécessaire que les particuliers sont de plus en plus nombreux à vouloir donner du sens à leur épargne. Nous conduirons ce chantier tout au long de 2015. Nous travaillons sur plusieurs hypothèses : nous pourrions encourager la création de poches dédiées à l’investissement solidaire au sein des contrats d’assurance-vie, dotées d’un « signal fiscal », comme nous l’avons fait avec les contrats « vie génération ». Autre piste : faire évoluer les fonds « 90/10 » en les incitant à investir réellement 10 % de leurs avoirs dans des entreprises solidaires, au lieu des 3  % à 6  % généralement constatés, voire d’augmenter ce curseur. Mais avant de flécher l’épargne, il fallait structurer la définition des entreprises sociales et solidaires, en faire une vraie classe d’actifs. C’est notamment à cette condition que les investisseurs institutionnels s’y aventureront plus. La loi votée en juillet, avec en particulier la réforme de l’agrément solidaire, permet cette avancée.

Lire l'intégralité de l'entretien sur le site du Monde.