Québec: "Coopératives, action communautaire autonome et économie sociale: des dynamiques distinctes", par Louis Favreau

Toute la Recma

  • 2010
    • 2018
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

C’est pendant la conférence internationale organisée par le mouvement coopératif (sous la coordination du CQCM) en 2010 que j’ai été interpelé par un dirigeant de la CDEC de Québec qui me demandait pourquoi je n’utilisais pas dans ma présentation l’expression « entreprises d’économie sociale » pour parler des coopératives. L’année précédente, le réseau des organisations communautaires de la région métropolitaine (le RIOCM en collaboration avec la Fédération des OSBL d’habitation de Montréal) m’avait invité à parler de l’avenir du « communautaire ». D’autres panelistes de ce colloque s’attendaient à ce que je parle d’économie sociale comme voie d’avenir du « communautaire ». Ce ne fut pas le cas ! Le « communautaire » a son propre avenir tout comme le mouvement coopératif a le sien. De plus la question est revenue dans l’actualité car un débat a cours au sein de l’Institut de la statistique du Québec à ce propos pour savoir comment mesurer l’« économie sociale » dans l’économie du Québec ? Sans compter la consultation gouvernementale qui entoure le droit associatif relancée l’automne dernier mais qui tourne en rond depuis 2004. Trois dynamiques distinctes, une commune appartenance à un « tiers secteur ». Sans doute mais l’appartenance à un « mouvement social » est demeurée quasi-absente de cette discussion. Présentation de quelques repères pour en mesurer la portée actuelle après 10 ans.

Un article de Louis Favreau

Sommaire

 

  • Un peu d’histoire
  • L’économie sociale, concept fédérateur : questionnée et questionnable à plus d’un titre
  • De la nécessité de bien distinguer les familles du « tiers secteur »
  • Tiers secteur et rapport à l’État
  • Quelques conclusions politiques
  • Des identités fortes sont nécessaires à toute action collective
  • Les notions que l’on utilise : nommer, au plan scientifique, c’est prendre position !
  • La politique publique québécoise de reconnaissance et de soutien à l’action communautaire : éléments de bilan