Les coopératives, l’expérience socialiste

Elles ont forgé l’esprit socialiste de la Creuse et nourri, habillé, diverti des générations de Guérétois. Visite guidée sur le site des anciennes coopératives de Guéret. Il y a seulement trente ans, le parking intérieur du Conseil général était un chai où étaient entreposées des dizaines de cuves à vin. Les marchandises arrivaient par voies ferrées, qui s'arrêtaient dans le bâtiment. En 1950, plus de trois millions de litres étaient embouteillés sur place. L'image a marqué Guy Laroche, gestionnaire du domaine public à la collectivité.

Lorsqu'il a vécu l'emménagement du Conseil général au début des années 1990, les cuves étaient encore là. Tout comme ce qui est devenu aujourd'hui l'entrepôt à droite de la gare SNCF, la discothèque la 25 e Avenue, l'entreprise de dépannage informatique AEI Plein ciel… Reliés par des passages souterrains et une passerelle au-dessus de la rue Pierre-Leroux, tous ces bâtiments constituaient le centre névralgique des coopératives de la Creuse au cours du XX e siècle.

Les vestiges disparaissent

C'était une véritable fourmilière : chaque jour, camions et trains remplis de produits d'alimentation, de mercerie ou de ménage débarquaient leurs marchandises, ou les embarquaient pour approvisionner les magasins du département. « Quand on achetait pour 50 francs, on collait deux timbres, c'était une sorte de carte de fidélité ! », se souviennent avec émotion Guy Laroche et Michel Manville, conservateur du patrimoine. C'était une des principales activités économiques de Guéret.

L'époque des coopératives a marqué des générations de Guérétois. Il reste encore quelques vestiges. Sur les murs de la 25 e Avenue, on distingue encore bien les portes à rideau de fer, où les camions stationnaient lors du déchargement. La plupart disparaissent peu à peu : la passerelle, qui reliait les entrepôts de part et d'autre de la rue Pierre-Leroux a été détruite il y a quelques années.

Tout commence en 1907, lorsque le prix du pain augmente de cinq centimes de francs. La première coopérative de consommation est fondée : c'est la Guérétoise. L'objectif est de rassembler un certain nombre de sociétaires, acheter des biens en gros et les distribuer à un prix bas. Les membres partagent les bénéfices, mais doivent assister aux assemblées générales.

Lire l'intégralité de l'article d'Anaïs Gerbaud dans le Populaire