"Le choc coopératif" de Benoit Hamon (35e congrès des Scop)

Toute la Recma

  • 2010
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

A Marseille, pour le 35e Congrès des Scop, le ministre Benoit Hamon a promis un véritable "choc coopératif" (ou "caresse coopérative"- sic- pour ceux que le "choc de compétitivité" a pu commotionner). En s’adressant à 1200 congressistes salariés-coopérateurs, le ministre a bien évidemment pris soin de cibler les Scop dans ce choc coopératif, mais bien chagrin sera le coopérateur des autres familles qui boudera son plaisir à l’évocation des sept grands « leviers » annoncés.

En retard en raison du « brouillard sur Paris » (« j’ai bien proposé de transformer Air France en Scop, mais pas certain que ça y fasse beaucoup »…) et d’un rendez-vous impossible à écourter avec le collectif Fralib en lutte pour la création de leur Scop face à Univeler, le ministre a su se faire pardonner et gagner l’attention des coopérateurs aussi impatients qu’éprouvés après deux jours d’un congrès très dense. Pour doubler en 5 ans le nombre de Scop et développer le secteur coopératif dans son ensemble (« volonté du Président et la nôtre de promouvoir la coopération comme voie de sortie à la crise du capitalisme »), Benoit Hamon a réaffirmé ou annoncé :

 


 

L’intervention de B. Hamon dans la presse :

Lire également l’interview de Patrick Lenancker (réélu president de la CGScop le 16 novembre) dans la Tribune