3e édition du mois de l’ESS

En cette période de crises (économique, écologique, sociale...), l’économie sociale et solidaire constitue une force majeure pour l’économie française et apporte des réponses efficaces et concrètes aux besoins quotidiens des citoyens et aux enjeux de société. Pourtant cette économie, centrée sur l’humain, est mal connue et ses dynamiques internes restent à renforcer. En novembre 2010, le réseau des Chambres régionales de l’économie sociale et solidaire (Cress) a organisé, avec les acteurs de terrain, la troisième édition nationale du Mois de l’économie sociale et solidaire. Plus de 1 500 acteurs différents se sont investis dans l’organisation d’un ou plusieurs événements autour de 860 organisateurs « chefs de file ». Parmi eux, on retrouve une large part d’associations (600), les autres organisateurs se répartissant de manière assez équilibrée entre coopératives, mutuelles et collectivités locales. On y trouve, également, une part importante de petites structures (20 % sans salarié, 50 % de 1 à 10 salariés) mais les grandes entreprises ne sont pas complètement en reste avec l’implication d’une cinquantaine de structures de plus de 500 salariés.

Cet événement incontournable, dans le contexte du lancement des Etats Généraux de l’ESS et d’un intérêt croissant des pouvoirs publics, constitue une véritable opportunité de découvrir la richesse de nos entreprises et la pertinence de notre conception de l’économie. Ainsi, 180 000 citoyens ont eu la possibilité, autour de 10 thématiques quotidiennes (travailler, consommer, se loger, entreprendre, éduquer...), de participer à des débats, d’assister à des spectacles et des projections de films, de visiter des entreprises, de s’informer sur des salons, etc.

Au-delà de cette vitrine grand public, renforcée par la dimension médiatique de la campagne (1 millier de retombés médias dont 30 % dans des médias nationaux), le Mois de l’ESS est une véritable opportunité de stimuler le sentiment d’appartenance à l’économie sociale et solidaire et d’initier des dynamiques de coopération entre les acteurs de cette « autre économie ». Un tiers des manifestations a été co-organisé par plusieurs acteurs, dont près de 200 par au moins 3 acteurs et une soixantaine par au moins 5 acteurs différents. Parmi les manifestations co-organisées, les « itinéraires » et « villages » ESS ont fait l’objet d’un intérêt particulier des visiteurs et des collectivités. Ils ont été valorisés dans l’une des newsletters du Mois (une nouveauté 2010 !) à l’instar du Solidair’ tour en Ile de France ou du Village Prévention en Martinique. L’organisation de manifestations dans le cadre du Mois présente, de fait, une bonne opportunité d’initier des dynamiques partenariales et les Cress peuvent témoigner de cet esprit de coopération qui s’inscrit dans la durée.

Avec cette 3ème édition nationale du Mois de l’ESS, un nouveau cap a été franchi. Le nombre de manifestation et le nombre d’acteurs investis a augmenté de 30 %, les retombées médias de plus de 60 %. Mais au-delà des chiffres, nous pouvons nous réjouir des dynamiques inter-acteurs engendrées, de la diversification des manifestations qui permettent de sortir de l’entre-soi, de partenariats communication (grands médias, affichage public…) offrant une visibilité accrue de nos actions, de l’intérêt grandissant des collectivités locales et de l’Etat…

C’est dans une telle dynamique collective que l’ESS pourra porter sa voix dans les débats de société. Nous escomptons que cet élan lancé par cette 3e édition nationale du Mois de l’ESS sera porteur d’une mobilisation forte et unificatrice pour les Etats Généraux de l’ESS qui se préparent, jusqu’en juin, sur l’ensemble des territoires. L’édition 2011 du Mois de l’ESS sera un relai fondamental des propositions de ces Etats généraux. Acteurs de l’économie sociale et solidaire, prenons tous, dès à présent, rendez-vous pour novembre 2011 !

Karine Melzer, CNCress