"La microfinance islamique au service de l'ESS", colloque Cifema, 26-27 novembre 2014, Agadir, appel à communications jusqu'au 31 juillet

L'école nationale de commerce et de gestion d'Agadir, le laboratoire de recherche en entrepreneuriat, finance et audit (Larefa) organisent fin novembre  à Agadir un colloque sur la microfinance islamique et l'ESS. L'appel à communications est ouvert jusqu'au 1er juillet 2014. 

Aujourd’hui, le monde rencontre une panoplie de problèmes économiques et sociaux agrandissant l’intensité de la pauvreté dans la plupart des pays. Ces problèmes ont suscité la communauté internationale à organiser le Sommet du Millénaire en 2000 au siège des Nations Unies à New York. Ce sommet a fixé parmi ses objectifs de développement du millénaire la réduction de moitié le nombre des pauvres à l'horizon 2015.

Pour atteindre ces objectifs, nombreux pays ont mis en place des structures et des mécanismes financiers publics et privés plus adaptés d’une part, aux attentes des catégories sociales les plus démunies et aux besoins des micro-entrepreneurs d’autre part. Par conséquent, la microfinance classique a émergé comme un outil important pour aider un grand nombre de pauvres de la société, en stimulant leur autonomie sociale et économique.

Cependant, plusieurs rapports (CGAP, Andhra Pradesh 2010) ont prouvé que la microfinance classique (non conforme à la Charî'a) n’a pas complètement atteint ses objectifs escomptés et ses retombés sociaux et économiques restent très limités. En outre, une crise s’est déclarée depuis 2010 mettant en péril de nombreuses Institutions de la Microfinance (IMF) dans le monde.

Face à cette réalité, la finance islamique peut-elle surmonter les difficultés qu’a connu le secteur de la microfinance et apporter des solutions alternatives répondant aux besoins exprimés par la société ?

Dans la mesure où les principes fondamentaux de l'Islam insistent fortement sur la justice, l'inclusion sociale et le partage des ressources entre les nantis et les démunis, l’apparition des instruments viables de la microfinance islamique, tels que Waqf, Qard al Hassan, Zakat, Takaful, etc., pourrait être la solution pour donner accès aux services financiers à des millions de personnes démunies qui s’évertuent à éviter les produits financiers classiques.

Par conséquent, la création de fonds de la microfinance permet à des institutions islamiques d’évoluer et d’atteindre leurs objectifs socioéconomiques. Ces fonds islamiques apparaissent comme une opportunité alternative fort intéressante pouvant répondre aux besoins de différents agents économiques en matière de financement des projets de développement économique et social que ce soit l’Etat, les banques et autres institutions financières ou encore les entreprises.

La prise de conscience de l’importance de ce sujet et des recommandations formulées lors de la 1ère édition du colloque international de la finance entrepreneuriale l’année dernière sont à l’origine du choix de la thématique de cette 2ème édition (CIFEMA’2014) en vue de réunir les enseignants chercheurs, les doctorants ainsi que les acteurs professionnels de la microfinance pour mieux concevoir des problématiques autour de la recherche et de la professionnalisation afin d’approfondir les réflexions sur les opportunités qu’offre la microfinance islamique comme levier principal au service de l’économie sociale et solidaire et comme pilier pour la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

Axe A : Microfinance islamique : Fondements, valeurs et mécanismes financiers

A1. Fondements et mécanismes de la microfinance islamique.

A2. Composantes de la microfinance islamique (microcrédit, micro-Takaful et microfinancement participatif).

A3. Leviers de la microfinance islamique : fonds d’investissement, Alwakf et Azakat.

A4. Microfinance islamique : aspects religieux, éthiques, culturels et comportementaux.

Axe B : Microfinance islamique : Etat de lieux et expériences

B1. Marché de la microfinance en chiffres.

B2. Microfinance islamique : expériences internationales.

B3. Etudes comparatives entre la microfinance islamique et la microfinance classique.

B4. Microfinance islamique : enjeux et perspectives de développement.

Axe C : Rôles et enjeux de la microfinance islamique dans l’économie sociale et solidaire

C1. Microfinance islamique et entrepreneuriat social et solidaire.

C2. Microfinance islamique et lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

C3. Microfinance islamique et investissement socialement responsable.

C4. Portée de la microfinance islamique dans le financement des TPE.

C5. Rôle des fonds Waqf et Zakat dans le développement local.

Axe D : Microfinance islamique : Gouvernance, normes et innovation

D1. Gouvernance, normes et Shari’a Board.

D2. Cadre réglementaire et légale de la microfinance islamique.

D3. Gestion des risques en microfinance islamique.

D4. Rôle de l’ingénierie financière pour le développement de la microfinance islamique.

L'appel à communications