"Structuration d’un collectif autour d’une plateforme de regroupement de produits locaux" Par Clémence Morinière

Toute la Recma

  • 2010
    • 2018
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Par Clémence Morinière, Mémoire présenté pour l’obtention du DIPLOME d’INGENIEUR AGRONOME, SupAgro Montpellier, 2e prix ex-aequo 2010 de la Recherche coopérative, organisé par le Crédit mutuel et la Recma.

Les circuits courts de commercialisation des produits alimentaires sont aujourd’hui en plein essor. S’ils permettent de retrouver une proximité géographique et sociale entre la production, la distribution et la consommation sur les territoires, ils peuvent être un moyen de créer de nouvelles synergies locales pour une meilleure gouvernance alimentaire. Sur la base de ces constats, le Parc naturel régional du Haut-Languedoc a co-construit un projet de plateforme de regroupement de produits locaux à destination des commandes collectives avec des partenaires publics et privés, dans les principes d’une économie sociale et solidaire. Afin d’accompagner la construction de cette gouvernance, l’étude présente un diagnostic des motivations d’acteurs du système alimentaire local pour l’implication dans le processus coopératif de montage de la plateforme. Des trajectoires d’engagement ont ainsi été différenciées en fonction des rationalités de ces acteurs, de leur niveau de perception de l’intérêt général du projet, et de leur volonté de développer ou de consolider des liens de proximité sur le territoire. L’analyse de ces trajectoires montre que les acteurs les plus à même de s’engager sont avant tout motivés par leurs valeurs éthiques du « bien manger sur le territoire », ensuite par une volonté de s’engager pour les besoins d’autrui. L’étude décrit enfin le montage de l’association préfigurant une société coopérative d’intérêt collectif : l’association « Régal d’oc, manger local en Haut-Languedoc ».

Télécharger le mémoire de Clémence Morinière

Plan

1 Le contexte général de la mission ........................ 2

1.1 Les circuits courts comme facteurs de développement de nouvelles coopérations dans les territoires............................................. 2

1.1.1De nouvelles attentes des consommateurs………………..……..2

1.1.2 auxquelles répondent les producteurs par de nouvelles pratiques en circuits courts………………2

1.1.3 A l’échelle de territoires : quelle contribution des CC au développement durable?........................3

1.1.4 Vers une restauration collective durable : l’état des lieux en France…...4

1.2 La relocalisation alimentaire sur le territoire du Parc : un enjeu majeur............. 5

1.2.1 Le territoire du Haut-Languedoc, un territoire aux influences multiples……….…….5

1.2.2 Un potentiel de valorisation des produits locaux à exploiter…………...............6

1.3 La mission : accompagner le projet de plateforme de regroupement de produits locaux ... 6

1.3.1 2008-2010 Expérimenter l’approvisionnement de la demande collective en produits locaux……………………..…6

1.3.2 Poursuite de l’expérimentation, structuration du projet et contexte du stage………...............7

2 Problématique et hypothèses de travail.....................................8

2.1 Cadre général de l’étude : la gouvernance alimentaire............... 8

2.2 Formulation de la problématique ................ 8

2.3 L’Economie Sociale et Solidaire (ESS), un cadre de coopération au service de l’innovation territoriale.......................................................... 9

2.3.1 Définition de l’ESS……………………………………...9

2.3.2 Comment peut s’organiser la coopération : cadre d’analyse sociologique et hypothèses de travail………11

3 Méthodologie employée............................... 12

3.1 L’enquête acteurs : objectifs et méthodes........................... 12

3.1.1 Objectifs de l’enquête ……………………………….12

3.1.2 Définition des acteurs concernés par l'enquête…………...12

3.1.3 Rédaction de l’enquête et validation auprès d’acteurs ressources…………………………..13

3.2 Les réunions de préparation du projet ................................. 13

3.3 L’enquête auprès de structures coopératives existantes : objectifs et méthodes............... 14

3.3.1 Panel de statuts existants : bibliographie et premiers entretiens téléphoniques……..14

3.3.2 Visite de SCIC existantes………………………14

4 Résultats ............................................ 15

4.1 Diagnostic des motivations pour la co-construction d’une action collective.................... 15

4.1.1 La volonté des acteurs d’avancer ensemble au sein d’un nouvel objet de coopération, découplé du COPIL……………………………………….……15

4.1.2 Qui veut participer au projet, pourquoi, et de quelle manière ? Pratiques et discours des acteurs rencontrés………………………….19

4.1.3 Bilan : les personnes pouvant être mobilisées pour le projet…………..30

4.2 Structuration de l’action collective dans le champ de l’ESS ................ 31

4.2.1 La définition du cadre juridique de l’action collective………....31

4.2.2 L’association de préfiguration, ou la formalisation progressive d’un objet intermédiaire……………...............33

4.2.3 Analyse du groupe moteur : l’anticipation des ressources, faiblesses et stratégies des acteurs………………………………...36

4.2.4 Vers un fonctionnement SCIC … pour une gouvernance optimale ?........37

4.2.5 Représentation d’intérêts et répartition des pouvoirs dans l’association…39

4.3 La suite : consolidation et élargissement du réseau autour de l’association pour un projet de relocalisation alimentaire durable ............. 40

4.3.1 L’insertion du projet sur le territoire……………...40

4.3.2 Utilité sociale et nouveaux indicateurs de richesse : quel capital social créé par l’association ?........................................................42

5 Discussion : biais de l’étude et regard critique sur la mission effectuée........ 43

5.1.1 Biais et limites du questionnaire………………….43

5.1.2 Une prise de recul sur la mission……………………………43

5.1.3 Quelle contribution de notre analyse à l’accompagnement d’un projet collectif sur le territoire ?...................……………...44