L’ESS de retour à Bercy et au cœur de la relance économique ?

Comme toute rentrée, celle de l’automne 2020 comporte son lot de nominations et de prises de fonction. Celle d’Olivia Grégoire au poste de secrétaire  d’État chargée de l’Économie sociale, solidaire et responsable fait suite au remaniement du gouvernement par le Premier ministre, Jean Castex. Cette nomination vient renforcer l’équipe de Bruno Le Maire au ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance, mettant fin à la parenthèse ouverte en 2017 d’un haut-commissaire rattaché au ministère de la Transition écologique et solidaire. Une évolution saluée par de nombreux représentants de l’ESS, dont l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (Udes), car elle place l’ESS « comme acteur économique à part entière dans le plan de relance que prépare le gouvernement ». À ce titre, l’Udes a demandé la mise en place d’un fonds d’investissement en fonds propres d’un milliard d’euros pour l’ESS dans le cadre de l’enveloppe de 100 milliards d’euros décidée par le gouvernement pour la relance de l’économie. Ce fonds permettrait à l’État de devenir investisseur direct à hauteur de 15 à 25 % des investissements nécessaires et attendus pour la bonne santé du secteur et sa participation à la relance. En attendant la réponse de la  secrétaire d’État, notons que cette ancienne cheffe d’entreprise de 41 ans, réputée énergique et volontaire, était jusqu’alors vice-présidente de la commission des finances de l’Assemblée nationale. Sur l’échiquier politique, elle se situe plutôt à l’aile droite de LREM. Elle a également été présidente de la commission spéciale pour la loi Pacte sur les entreprises et les privatisations.