Les « Amis du Pavillon » : pour la sauvegarde du patrimoine mutualiste girondin

Toute la Recma

  • 2010
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

L’Union mutualiste de la Gironde (UMG) fut fondée à Bordeaux en 1921 par un ensemble de 70 sociétés de  secours mutuels, disséminées sur le territoire aquitain. Elle avait pour but initial de créer des pharmacies, dont la première fut implantée le 1 er  octobre 1921 au cœur de Bordeaux. Face à ce succès, l’UMG décida en 1926 d’élargir son offre de soins en construisant notamment une clinique chirurgicale.

Plus de 200 sociétés de secours mutuels du grand Sud-Ouest apportèrent alors leur soutien financier au projet, et l’établissement ouvrait ses portes à Bordeaux en 1930 sous le nom de Pavillon de la Mutualité. Il est notamment célèbre pour avoir abrité le premier médecin salarié.

Cette institution, toujours appelée Pavillon de la Mutualité, continue de développer son offre de soins en Gironde avec une cinquantaine de structures sanitaires et sociales, allant de la petite enfance au grand âge.

Afin de perpétuer l’héritage des fondateurs et les valeurs qu’ils ont portées pour que le Pavillon de la Mutualité puisse voir le jour, l’association des Amis du Pavillon (amisdupavillon@laposte.net) a été créée en 2002. Cela fait suite à la mise en vigueur du nouveau Code de la mutualité, qui a entraîné la disparition de bon nombre de mutuelles dites territoriales. C’est pour cette raison que l’association s’est donné pour mission de sauver un patrimoine mutualiste girondin qui s’est considérablement dispersé depuis cette période.

Une véritable politique d’acquisition
Dans un premier temps, il s’agissait de regrouper et d’identifier les archives propres à cette institution et dispersées dans les structures, en vue d’écrire un ouvrage sur son histoire (Barry S., Clément J.-M., Martin M., 2007, Histoire d’une grande mutuelle régionale : le Pavillon de la Mutualité et ses œuvres, 1921-2006, Union de la Gironde-Pavillon de la Mutualité) (procès-verbaux, correspondances, journaux mutualistes comme L’Avenir mutualiste, édité par l’Union de la Gironde-Pavillon de la Mutualité, dont l’association possède la collection complète de 1926 à 2002).


Très vite, certaines mutuelles adhérentes de l’union ont également souhaité reverser à l’association des Amis du Pavillon tout ou partie de leurs archives. Le travail de recherche se poursuit auprès des anciennes sociétés de secours mutuels afin d’étoffer la collection.

Aujourd’hui, l’association possède une très grande variété d’objets et de documents, issus principalement de Gironde, mais également de la France entière grâce à la mise en place d’une véritable politique d­’acquisition. Ces archives proviennent pour l’essentiel de sociétés de secours mutuels, allant du xix e siècle au début des
années 2000, et comprennent des drapeaux, bannières, draps mortuaires, livrets de statuts et de cotisations, procès-verbaux, photographies, insignes, boutonnières, médailles, tampons, cartes d’adhérent, diplômes, convocations à des réunions, archives ayant trait à des congrès de la Mutualité française, etc.

C’est ainsi qu’au fil des années ce qui n’était qu’un local d’archives s’est progressivement transformé en véritable collection, visible et consultable par tous sur rendez-vous.

Mélanie Martin