La Louve, premier supermarché coopératif de France, ouvre ses portes

Toute la Recma

  • 2010
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Le projet coopératif de La Louve a fait l’objet d’une présentation dans un article de Hajar El Karmouni et Muriel Prévot-Carpentier, publié dans le numéro 340 de la Recma. Il s’inspire du modèle de Park Slope Food Coop, fondé à Brooklyn au début des années 1970, qui compte aujourd’hui 16 000 membres.
Ce supermarché coopératif et participatif, issu d’un groupement d’achats constitué en 2011, a ouvert ses portes en novembre dernier, au 116, rue des Poissonniers, dans le xviii e arrondissement de Paris. La Louve regroupe plus de 2 000 membres ayant versé un apport initial de 100 euros. Sa finalité et son mode de fonctionnement sont les mêmes que ceux des coopératives de consommation sises dans les quartiers populaires de l’Est parisien dès la fin du xixe siècle, comme la Bellevilloise : payer le juste prix pour une nourriture de qualité, en supprimant les intermédiaires, et grâce au bénévolat des membres qui y consacrent trois heures chaque mois. La touche contemporaine se loge finalement dans le souci écologique, absent il y a un siècle, qui porte à privilégier les circuits courts et la vente de fruits et légumes de saison. Fêtes et débats citoyens se sont succédé au cours des mois ayant précédé l’inauguration du supermarché, tissant des liens entre les premiers participants de cette aventure et contribuant à l’animation du quartier.