Elections : les associations véritables « corps intermédiaires »

Toute la Recma

  • 2010
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Le 1 er  mars, le Mouvement associatif (qui regroupe 600 000 associations sur un total estimé de 1,3 million) adressait aux différents candidats à l’élection présidentielle douze questions autour de trois thèmes fédérateurs – renforcer le lien social, humaniser l’économie, réveiller la démocratie – afin que les candidats expliquent leurs projets sur ces enjeux. Puis, fin mars, après analyse des réponses, le Mouvement associatif faisait part de ses conclusions et de ses propositions dans le cadre d’une campagne virale.
Parallèlement, La Fonda, think tank associatif, et le Mouvement associatif lançaient le 15 mars le site internet Solutions d’associations, une plateforme dédiée à la mise en lumière des bonnes idées du monde associatif. C’est un fait, de nombreuses associations se sont mobilisées pour recueillir des propositions concrètes à l’occasion de cette campagne électorale, se plaçant en position de « corps intermédiaire » entre les citoyens et les candidats, dans un contexte de crise de la représentation politique. Mais elles ne sont pas seules, l’élection consacre aussi les mouvements citoyens qui entendent réveiller la démocratie. C’est par exemple le cas de Nuit debout, avec ses jurys citoyens, ou encore de Jours heureux qui incite les candidats à se positionner sur vingt-cinq mesures.
Enfin, alliance d’une ampleur inédite, le candidat Nicolas Hulot a réuni quatre-vingts associations allant de la défense de l’environnement à la lutte contre l’exclusion autour de son « Appel des solidarités ».
Une effervescence du monde associatif, et au-delà.

Lisa Telfizian