Vingt-deux projets ESS en vitrine de « French impact »

Au théâtre de la Renaissance, à Paris, pas moins de sept ministres se sont succédé sur scène le 12 juin pour parrainer 22 entreprises de l’ESS retenues au terme de l’appel à projets lancé en janvier par le ministère de la Transition écologique et solidaire de Nicolas Hulot. Grâce à un accompagnement financier sur trois ans, ces entreprises vont déployer leurs solutions en « changeant d’échelle ». Ainsi labellisés, mis en lumière et soutenus, ces projets deviennent une bannière de l’économie sociale et solidaire aux yeux du plus grand nombre. Parmi les projets retenus, on trouve des entreprises emblématiques de l’ESS telles qu’Enercoop, fournisseur d’électricité verte depuis 2005, qui espère ainsi passer de 60 000 à 150 000 clients en trois ans, ou Mozaik RH, cabinet de recrutement spécialisé depuis dix ans dans la promotion de la diversité et dont la plateforme digitale devrait prendre en charge 5 000 recrutements par an contre 500 actuellement... Citons également Envie Autonomie, qui recycle du matériel médical à prix accessible ; Phenix, qui aide à réduire le gaspillage alimentaire ; Grap, un groupement coopératif d’entrepreneurs au service de l’alimentation locale et biologique ; Siel bleu, un collectif associatif fondé en 1997 pour promouvoir l’activité physique comme médicament du XXI e siècle auprès des personnes âgées, en situation de handicap ou atteintes de maladie chronique ; Ecov, une start-up créée fin 2014 pour développer le covoiturage propre et solidaire dans les zones périurbaines et rurales... Début juillet, un nouvel appel à projets devrait être lancé, en partenariat avec la Caisse des dépôts, afin de labelliser cette fois des territoires dynamiques en matière d’innovation sociale et environnementale. 120 à 150 entreprises de moins de trois ans et dégageant moins de 300 000 euros de chiffre d’affaires devraient ainsi être repérées et accompagnées grâce à un fonds d’amorçage annoncé pour fin 2018.