Retour de l’ESS sur la scène européenne ?

Toute la Recma

  • 2010
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

L’ESS sortira-t-elle de l’ornière institutionnelle européenne dans laquelle elle se trouve ? C’est la question que pose Alain Coheur, membre du Comité économique et social européen, dans la revue Ciriec France (février 2016) et à laquelle il apporte une réponse tempérée mais optimiste : « [...] Ces dernières années, nous avons constaté un intérêt croissant pour l’écono­mie sociale et l’entrepreneuriat social. »

Evoquant le rôle clé du Parlement européen depuis l’adoption du rapport Toia sur l’économie sociale et  l’organisation d’une journée de conférences-débats consacrée à l’ESS (le 28 janvier dernier), A. Coheur constate que « les choses bougent depuis peu », même s’il précise qu’« il est encore trop tôt pour savoir si le modèle [...] que représente l’économie sociale sera pris en considération ».

En revanche, il n’est pas trop tard pour annoncer que l’accord de partenariat signé à Bruxelles le 18 mars  dernier par l’Alliance coopérative internationale (ACI) et la Commission européenne pourrait augurer de cette prise en considération. Cet accord-cadre de partenariat (Les accords-cadres de partenariat fixent les modalités du soutien apportées par l’UE aux organisations de la société civile reconnues comme étant des acteurs essentiels de gouvernance et des contributeurs clés à l’élaboration de politiques. En étant établis à long terme, ces accords donnent aux organisations de la société civile les moyens de jouer leur rôle.) vise à améliorer ­l’inclusion sociale et l’auto­nomie économique, domaines dans lesquels les coopératives possèdent une réelle expertise. Intitulé « Les coopératives en développement – un monde des affaires centré sur les personnes », ce programme, cofinancé par l’Union européenne (UE) dans le cadre de son soutien aux organisations de la société civile actives en matière de développement, s’étendra jusqu’au 31 août 2020.

Monique Leroux, présidente de l’ACI, s’est aussitôt réjouie de cet accord : « Le soutien que l’Europe accorde à notre programme est une nouvelle étape dans la mise en place des objectifs de développement durable des Nations unies. Nous sommes fiers et désireux de lancer le programme des coopératives en développement. »