Rentabilité modeste pour les banques coopératives en 2013 ?

Toute la Recma

  • 2010
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

En 2013, la rentabilité opérationnelle des banques coopératives risque de rester modeste, selon une étude publiée par Fitch en août 2013 et intitulée « French cooperative banks: peer review ». L’agence de notation constate que les groupes bancaires coopératifs français tels que Crédit agricole, groupe BPCE et CM11-CIC mènent une stratégie peu risquée et axée sur les volumes, s’exposant ainsi ai risque de marges faibles. Source : Agefi

Pour autant, Fitch juge « positif » le renforcement des bilans opéré par les banques bien que cette précaution impacte leur rentabilité. Les banques coopératives continuent à consolider leurs sources de financement en attirant davantage de dépôts de la clientèle. Ces actions, note au passage l’agence, « font souvent partie des plans de désendettement qui visent également à réduire les effectifs dans certaines activités ».

Soulignant la mauvaise conjoncture économique de la France (Fitch prévoit un recul de la croissance de 0,3% du Produit intérieur brut en 2013), le rapport redoute l’impact sur les revenus des groupes mutualistes, déjà affectés par des taux directeurs bas et un faible appétit pour l’investissement. Le désendettement des entreprises et des banques, estime Fitch, se traduit par une faible croissance des prêts mais permet aussi d’augmenter l’épargne.

Enfin, s'agissant du Crédit Agricole et du groupe BPCE, l'agence considère que leurs difficultés ont été en grande partie résolues. L’étude constate notamment que les investissements d’avant crise génèrent des pertes limitées. Pour sa part, BPCE a transformé Natixis en une filiale à faible risque. Le Crédit Agricole souffre beaucoup moins de ses implantations internationales après la vente de sa filiale grecque et du nettoyage de ses activités de crédit à la consommation en Italie.