Pour une copropriété des entreprises

Nous soumettons à la réflexion collective une réforme de la propriété des entreprises, la finalité étant l’abolition du privilège-clef du capitalisme qui octroie au capital seul la totalité des moyens de production, alors qu’ils sont le résultat de la combinaison productive du capital et du travail. lors que les plans de rigueur s’abattent sur les peuples de toute l’Europe pour payer les marchés financiers, il y a urgence à sortir du capitalisme. En effet, au-delà de la dérive financière de l’économie, cette crise est due à la nature même du capitalisme : seuls les actionnaires décident de l’avenir d’une entreprise et de la répartition de sa valeur ajoutée. En cette période critique, la responsabilité historique du Front de gauche est plus que jamais de sortir de cette exploitation fondatrice du capitalisme. Il s’agit aujourd’hui de reprendre le flambeau des grandes réformes de la propriété, comme l’ont été l’abolition des privilèges féodaux en 1789 ou les nationalisations en 1945. [...] Le but de la proposition de copropriété des entreprises est de rompre définitivement avec l’accumulation du capital au seul profit de quelques-uns, en permet- tant aux salariés d’être copropriétaires de l’entreprise dans laquelle ils travaillent.Un texte de G. Etiévant, P. Nicolas et P. Lafourcade pour le Front de Gauche, publié par Rencontres sociales