L'Unhaj présente 25 propositions pour la jeunesse

L'Union nationale pour l'habitat des Jeunes (Unhaj) s’invite dans le débat en diffusant un document pour porter les situations de jeunesse auprès des candidats et les alerter notamment en matière d’accès au logement, d’emploi, de mobilité, de citoyenneté et de ressources financières.

Alors que selon le tout récent rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT), le taux de chômage des jeunes vient d’atteindre son plus haut niveau mondial en 2012 et qu’en France, près d’un tiers des jeunes actifs occupent un emploi précaire  aggravant leur situation notamment en matière d’accès au logement, l’Union Nationale pour l’Habitat des Jeunes lance une contribution intitulée « Pour que la jeunesse soit le temps des possibles », pour alerter les candidats aux législatives.

L’UNHAJ – une union de 330 associations réparties sur l’ensemble du territoire œuvrant pour la socialisation des jeunes par l’habitat – y présente 25 propositions réparties sur 7 points-clés : le logement, l’emploi, les ressources financières, l’émancipation, la mobilité, la citoyenneté, la santé et la culture des jeunes.

Avec cette contribution, l’UNHAJ veut alerter et sensibiliser les candidats et plus largement le grand public sur la nécessité d’épauler la jeunesse et de renforcer ce qui peut contribuer à son autonomie.

Comme l’explique Patrick Quinqueton, Président de l’UNHAJ : « Les jeunes connaissent depuis plusieurs décennies des difficultés d’accès à l’emploi et au logement, la crise actuelle ne faisant qu’accentuer la précarité de leurs situations. C’est ce que nous constatons auprès des 200 000 jeunes que nous accueillons chaque année sur l’ensemble du territoire. Parallèlement nous remarquons aussi que les politiques publiques menées depuis des dizaines d’années échouent à apporter des solutions pérennes à ces problèmes. En tant qu’acteurs de la socialisation des jeunes, il est de notre responsabilité d’attirer l’attention des candidats sur les difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes, les leviers sur lesquels agir pour aplanir ces obstacles et, plus généralement, sur l’urgence de mettre en place une véritable réflexion sur la place des jeunes dans la société. »

 


 

Trouver sa place pour « faire société »

L’éclatement de la société, la précarité, la complexité du monde dans lequel nous vivons - dans un contexte de profonde crise économique et sociale - conduisent à de nouvelles formes d’individualisme et de repli sur soi, facteurs d’immobilisme et de paralysie. Les efforts doivent, dans ce contexte, être redoublés afin de permettre à chacun d’être citoyen conscient, critique et engagé, acteur du « vivre-ensemble ». Nous proposons donc de :

1-Favoriser la participation des jeunes, dans les conseils régionaux de jeunes et dans toutes les instances locales de démocratie participative.

2-Soutenir les actions et le développement des organisations de jeunesse, essentielles pour le développement de la citoyenneté.

3-Créer les conditions de l’apprentissage de la citoyenneté, par la formation au développement de l’esprit critique en s’appuyant sur des démarches d’éducation populaire.

Le logement : une nécessité

La crise du logement a rendu de plus en plus difficile l’accès au logement notamment pour les jeunes. Les exigences des propriétaires paraissent toujours plus excessives en termes de garanties, de cautions ou de ressources. Il ne suffit plus d’avoir un emploi pour espérer  avoir un logement, il faut aussi qu’il soit régulier et qu’il assure un niveau de ressources auquel peu de jeunes peuvent prétendre. Nous proposons donc de :

4-Réexaminer et améliorer l’efficacité des aides personnelles au logement pour toutes les situations de jeunesse.

5-Faciliter l’accès des jeunes au logement autonome.

6-Encadrer l’augmentation des loyers.

7-Déployer un dispositif universel de caution solidaire.

8-Prendre en compte les changements fréquents de logements en soutenant le développement de résidences Habitat Jeunes.

9-Conforter les actions des associations (Service Logements, CLLAJ) agissant avec les jeunes et en médiation avec les bailleurs, permettant un accès aux droits, un accompagnement à la recherche et une mobilisation d'une offre de logements adaptée à leur demande.

Travailler pour s’émanciper !

Les jeunes sont particulièrement touchés par le chômage qui concerne ¼ des actifs âgés de 15 à 24 ans. Et lorsqu’ils décrochent un emploi, celui-ci est précaire pour plus de 30% d’entre eux (contre 10% pour le reste de la population active ). Malgré cela, les jeunes ont un niveau d’attentes de plus en plus fort par rapport au travail, qui doit désigner une activité porteuse de sens, et un lieu d’expression de soi-même.

Nous proposons donc de :

10-Améliorer le service public de l’orientation, l’accès à la formation et, pour les étudiants, à des expériences variées dans le monde professionnel.

11-Favoriser l’accès à un premier emploi sécurisant les parcours sur une période suffisamment longue.

12-Soutenir les dispositifs d’accompagnement des jeunes à la création d’activités, en s’appuyant notamment sur les acteurs de l’économie sociale et solidaire.

13-Mettre fin aux contrats aidés qui n’ont pas de résultats significatifs sur l’insertion des jeunes à long terme sur le marché de l’emploi et qui de surcroit peuvent participer à leur stigmatisation.

L’argent ne fait pas tout mais sans ressources on ne fait rien

Les jeunes de moins de 25 ans qui sont au chômage et sans soutien familial ne disposent d’aucune ressource financière. Disposer de ressources financières suffisantes est un facteur essentiel de dignité. Nous proposons donc de :

14-Mettre fin à l’incohérence qui existe actuellement entre la majorité pénale à 16 ans, et la majorité sociale à 25 ans en défendant une politique de droit commun pour la jeunesse.

15-Ouvrir des droits à l’assurance chômage à l’issue d’une première expérience professionnelle d’une durée supérieure à deux mois.

Accéder à la mobilité pour être autonome

Pour trouver un emploi, suivre une formation, rencontrer ses amis, aller au cinéma, chez le médecin… il est indispensable de pouvoir se déplacer facilement et à peu de frais. Nous proposons donc de :

16-Développer et diversifier les modes de transports publics locaux et territoriaux (Bus, TER, Vélos…).

17-Favoriser les tarifs réduits pour tous les jeunes (pas simplement étudiants) dans les transports.

18-Soutenir le passage du permis de conduire (à travers notamment les auto-écoles sociales).

19-Soutenir et développer des systèmes de co-voiturage, d’auto-partage…

20-Élargir l’accès à la mobilité internationale, en favorisant la sensibilisation aux programmes d’échange internationaux pour tous les jeunes en formation, avec notamment un soutien au volet financier de ces programmes.

La santé, ce n’est pas que pour les vieux !

Avoir des soucis de santé, cela peut arriver à tout âge. Lorsqu’on est jeune, qu'on doit gérer un budget serré, régler ce type de problème n'est pas toujours une priorité. Être jeune ne protège pas des baisses de formes et de moral qui ne sont pourtant pas moins graves à 20 ans qu’à 40 ! Nous proposons dons de :

21-Garantir un accès de tous les jeunes aux mutuelles complémentaires de santé.

22-Favoriser les dispositifs de prévention santé à destination des jeunes, contribuer à réduire les obstacles (financiers) dans l’accès aux soins.

23-Accompagner l’accès à une alimentation de qualité (restaurations collectives, dispositifs de subventionnement des repas…).

Se cultiver pour s’épanouir

La culture est essentielle à l’équilibre des individus et de la société dans son ensemble. Elle contribue à l’acquisition d’un esprit critique, à la libération de la créativité, au brassage culturel et, tout simplement, au bien-être. Nous proposons donc de :

24-Favoriser les dispositifs facilitant l’accès à la culture pour tous les jeunes (du point de vue tarifaire, comme du point de vue des horaires, de l’accessibilité…).

25-Soutenir les initiatives, les pratiques créatrices et artistiques des jeunes.

La jeunesse est une force vive, porteuse d’initiatives et d’innovations.

Agir pour et avec les jeunes, c’est favoriser l’inventivité, le courage d’oser, d’entreprendre.

Créer les conditions de l’émancipation des jeunes, c’est donner un nouveau souffle à la société toute entière !