Le 42 e congrès de la Mutualité française

Près de 2 000 responsables et militants mutualistes ont assisté au 42 e congrès national de la Mutualité française, qui a eu lieu en juin dernier à Montpellier sur le thème « Protection sociale : la mutation. Les mutuelles proposent et agissent ». Depuis le premier congrès national des sociétés de secours mutuels, organisé à Lyon en septembre 1883, ces rencontres se tiennent tous les trois ans.
En présence d’Emmanuel Macron, président de la République, d’Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, et de François Baroin, président de l’Association des maires de France, Thierry Beaudet, président de la Mutualité française, a exprimé les positions fédérales sur la politique sociale. Il a d’abord salué la réforme du reste à charge zéro (baptisée « 100 % santé »), présentée par Agnès Buzyn, qui vise à lutter contre le renoncement à l’acquisition de lunettes ou de coûteuses prothèses dentaires et auditives.
Les mutuelles complémentaires de santé sont particulièrement engagées dans cette démarche de généralisation de l’accès aux soins.
Concernant la perte d’autonomie, devenue un sujet de préoccupation majeur dans notre société vieillissante, la Mutualité française envisage différentes pistes pour participer à la prise en charge de la solidarité nationale mise en œuvre par la Sécurité sociale, les départements et la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie).
Enfin, à l’occasion du congrès, la Mutualité française a signé une convention de partenariat avec l’Association des maires de France pour remédier, par des actions communes, à la désertification médicale dans certains territoires et mettre en place des dispositifs en faveur des personnes dépendantes ou de la petite enfance. D’une façon générale, on note que la Mutualité tend à se rapprocher des collectivités, de plus en plus impliquées dans le renforcement de la protection sociale à l’échelle des territoires.

Source : www.mutualite.fr