La transformation du paysage associatif français

En mai 2019, paraîtra Le Paysage associatif français. Mesures et évolutions, de Viviane Tchernonog et Lionel Prouteau (Dalloz/Juris Associations). C’est la troisième édition d’une enquête dirigée tous les six ans par Viviane Tchernonog, chercheuse au CNRS, rattachée au Centre d’économie de la Sorbonne (Paris-1), également membre de l’Addes (Association pour le développement des données sur l’économie sociale). En attendant un article de fonds à paraître dans la Recma, voici six chiffres clés (de 2017) extraits de l’étude :
• La France compte 1 500 000 associations, soit 33 300 de plus par an depuis 2011.
• Seules 10,6 % d’entre elles (soit 159 000) ont eu recours à l’emploi salarié. Ce chiffre témoigne d’une baisse du nombre d’associations employeuses : - 0,3 % par an depuis 2010, alors que le nombre de petites associations faisant appel au travail bénévole augmente.
• Le travail bénévole représente près d’1 425 000 emplois en équivalent temps-plein (1 600 078 pour le travail salarié associatif).
• Avec un budget de l’ordre de 113 milliards d’euros, les associations contribuent au PIB à hauteur de 3,3 %.
• Les recettes d’activité (d’origine publique ou privée) représentent 66 % des ressources (contre 49 % en 2005 et 61 % en 2011). Les autres types de financement sont les cotisations, les dons et les subventions publiques.
• La féminisation des présidences augmente, mais lentement : la part des femmes est passée de 31 % en 2005 à 36 % en 2017.