Etude de Recherches et solidarités : tassement des créations d'association et de l'emploi associatif, évolution du profil des bénévoles

R&S confirme un tassement des créations d’associations : le bilan 2010-2011, arrêté fin août (66.500) marque une nouvelle baisse du nombre de créations (- 3,5%), consécutive à la diminution constatée (- 6%) en 2009-2010.

Morosité en termes d’emploi : selon l’ACOSS-URSSAF, un retournement de tendance a été observé au 4ème trimestre 2010 (- 0,5% par rapport au trimestre précédent en données corrigées des variations saisonnières). Il s’est confirmé au 1er trimestre 2011 (- 0,4%). Le secteur le plus concerné est celui de l’aide à domicile (respectivement – 1,4% et – 0,7%).

Les embauches semblent également se tasser : le total des contrats de plus d’un mois (CDD longs et CDI) avait faibli de 1,6% au 3ème trimestre 2010 par rapport au trimestre précédent et de 2,9% au 4ème trimestre. Il s’est repris au 1er trimestre 2011, avec une augmentation de 9,4%, pour se replier à nouveau de 2,1% au 2ème trimestre 2011 (données provisoires). Les CDI représentent environ 27% de ces embauches, contre 45% dans l’ensemble du secteur privé.

Par ailleurs, R&S fait le point sur l'adhésion aux associations:  en dépit d’une offre associative nettement renforcée (20% d’associations actives de plus en une décennie, soit environ 1.300.000 aujourd’hui), la proportion des Français qui n’adhèrent à aucune association reste majoritaire à 55% et ne s’est pas réduite, au cours de cette même décennie.

Un peu plus d’un Français sur trois est aujourd’hui engagé dans une démarche de solidarité, et l’on pourra ajouter à cette proportion de 36%, une proportion complémentaire de 20% de Français, non bénévoles aujourd’hui, mais ayant auparavant donné du temps pour les autres. 

La proportion des Français adhérant à une ou plusieurs associations, n’a pas changé depuis 2002 : elle est de 45%. De même, le profil des adhérents n’a pratiquement pas changé : les hommes adhèrent dans une proportion de 50% (49% en 2002) et les femmes dans une proportion de 41% (40% en 2002). Il en est de même pour les âges les plus favorables : avant 35 ans, ils sont un peu moins de 40% à faire partie d’une association, et après 35 ans, environ 47%. Si petite évolution il y a eu, elle n’a pas véritablement joué dans le bon sens, en une dizaine d’années, car les plus diplômés sont proportionnellement un peu plus nombreux à faire partie d’une association : 60% en 2010, contre 57% en 2002 (en référence à la moyenne de 45% pour l’ensemble des Français).

Le nombre des bénévoles associatifs a progressé de moins de 10% (au seul rythme de l’évolution du nombre des Français) en une dizaine d’années, quand le nombre d’associations actives évoluait de l’ordre de 20% pendant la même période. Le décalage entre la progression du nombre d’associations et celle du nombre de bénévoles est toutefois un peu atténué par le fait que ces derniers sont de plus en plus nombreux à intervenir dans plusieurs associations.