Education : soutien de L’ESPER à la mobilisation unitaire du 27 septembre

L’ESPER (L’Economie Sociale Partenaire de l’Ecole de la République) est le regroupement de 38 organisations de l’Economie sociale agissant dans le champ éducatif, issues de plusieurs décennies de tradition d’engagements militants et solidaires des enseignants. L’ESPER se mobilise aujourd’hui pour recréer, autour des usagers et des acteurs de l’éducation, les collectifs de solidarité que l’on a volontairement démantelés pour mieux faire passer une nouvelle réalité libérale au sein de l’Ecole et de la société dans son ensemble.

L’ESPER souhaite que l’année 2012 soit l’occasion d’un débat public sur l’Ecole et sur l’éducation, et compte y prendre toute sa place. En cohérence avec les caractéristiques identitaires de l’économie sociale que sont l’égalité, la démocratie et la force du collectif, elle réaffirmera quelques principes simples :

  • l’égalité d’accès de tous et toutes à l’éducation, condition nécessaire à la réussite des projets de vie, mais également condition indispensable à la formation de citoyens dans une société démocratique, où l’accès au savoir est partagé par tous, au-delà des conditions sociales et des histoires personnelles ;
  • l’existence et le soutien d’un service public d’éducation fort et laïque, en ce que la laïcité est émancipatrice et se fonde sur ce qui rassemble les individus, non pas sur ce qui les divise ou les oppose ;
  • la garantie de moyens et de conditions pour que ceux et celles qui ont choisi de se consacrer aux métiers éducatifs puissent remplir au mieux leurs missions, au nom des principes et objectifs énoncés dans cette déclaration.

L’ESPER se sent d’autant plus légitime à être actrice de ce débat que le service public d’éducation souffre de plus en plus. Les conditions de la rentrée scolaire 2011 – 2012 sont en effet alarmantes : une nouvelle étape semble être franchie vers un renoncement de plus en plus assumé à un système éducatif garant d’égalité et de justice sociale.

L’ESPER se veut au côté des enfants qui ont à subir des conditions d’études de plus en plus dégradées, alors même que la pression sur la réussite scolaire se fait de plus en plus forte sur eux et leurs familles.

Elle dénonce également la dégradation insupportable des conditions d’accueil de ceux qui éprouvent des difficultés dans leur vie, les enfants et les jeunes en situation de handicap, et réaffirme la demande d’effectivité d’un véritable droit à l’éducation pour tous, que les fédérations et associations du médico-social souhaitent contribuer à mettre en oeuvre, avec les moyens adéquats, au côté de l’Education nationale.

L’ESPER se positionne aux côtés des enseignants et des personnes éducatifs, qui portent aujourd’hui à bout de bras un système que l’on démantèle progressivement. Déconsidérés dans la parole publique, sans moyens suffisants pour mener à bien leurs missions, sans véritable formation désormais pour les nouveaux enseignants, ils font face au quotidien aux conséquences d’une politique absurde, court-termiste et empêtrée dans ses dogmes.

Ils souffrent de constater les difficultés d’encadrement dans les classes, les absences non remplacées, le manque de moyens pour accompagner correctement ceux qui en ont le plus besoin, réguler les tensions et difficultés pouvant apparaître dans les établissements. Ils vivent un sentiment d’impuissance quand, chaque année, ce sont de nouveaux élèves, qualifiés de « décrocheurs », qui sont laissés sur le bord de la route. Ils ressentent un fort malaise quand tant de jeunes se voient contraints de renoncer, de par un système de plus en plus sélectif et excluant, à la réalisation des projets de vie qu’ils avaient imaginés. Voilà ce qu’est devenue aujourd’hui l’Ecole de la République, voilà ce que les acteurs éducatifs constatent au quotidien …

Devant les réponses apportées à ces situations, qui consistent en un déni de la réalité du terrain, au rétablissement de dispositifs d’un autre âge tels que la morale à l’Ecole, et à la promotion de quelques internats d’excellence, le sentiment d’une impasse politique s’accroît. Mais cette impasse, comme cette politique aberrante, sont de fait aujourd’hui au service d’une vision de l’Ecole, d’une idéologie, qui apparaissent de plus en plus clairement : glorification du mérite, du succès d’une élite contre la réussite de tous, promotion d’une vision libérale de l’éducation, qui, finalement, encourage la délégation des missions de service public au secteur privé, aux entreprises lucratives de soutien scolaire…

Dans la continuité avec cette prise de position, L’ESPER apporte son soutien à la mobilisation unitaire du 27 septembre dans l’éducation.