Danièle Demoustier : L’ESS est-elle une réponse à la crise ?



Depuis bientôt quarante ans, notre système socio-économique va de crise en crise. L’économie sociale et solidaire, qui s’affiche de mieux en mieux, est riche d’expériences. Il faut à présent en tirer des enseignements, non pas pour les reproduire par modélisation mais pour les diffuser par appropriation. Ce mouvement a commencé.

 

Depuis bientôt quarante ans, notre système socio-économique va de crise en crise. L’économie sociale et solidaire, qui s’affiche de mieux en mieux, est riche d’expériences. Il faut à présent en tirer des enseignements, non pas pour les reproduire par modélisation mais pour les diffuser par appropriation. Ce mouvement a commencé.

Les nouvelles manières de produire, épargner, con­sommer, échanger, regroupées sous le vocable d’économie sociale, puis d’économie sociale et solidaire, ont en commun une finalité et une méthode. Une finalité : remettre l’activité économique au service des besoins sociaux et des aspirations sociétales. La charte de l’économie sociale, en 1980, l’affirmait déjà haut et fort : l’économie sociale est au service de l’homme. Mais elle se définit aussi par une méthode : mobiliser des engagements dont la contrepartie s’exprime en capacité de décision plutôt qu’en redistribution de profits.

Lire la suite du texte de Danièle Demoustier sur le site de la Ligue de l'enseignement des Alpes du sud.