Coralis (coopérative laitière Ile-et-Vilaine): l'AG désavoue la direction

Toute la Recma

  • 2010
    • 2018
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Dans un contexte marqué par la disparition des quotas laitiers européens et une forte volatilité des prix, les éleveurs laitiers de la coopérative bretonne Coralis opposés au conseil d’administration sortant ont remporté le vote  au cours de l’assemblée générale extraordinaire à Cesson-Sévigné. Un article de Jean-Paul Louédoc pour Ouest France

Un différend profond

Il portait sur la stratégie industrielle de la coopérative Coralis. L’équipe sortante voulait nouer un partenariat avec le groupe privé Bongrain pour construire une tour de séchage à Pontmain (Ille-et-Vilaine) pour fabriquer de la poudre de lait. De nombreux producteurs adhérents étaient contre. Ils défendaient une autre solution : un rapprochement avec le groupe Sodiaal pour saturer les outils déjà existants de la grande coopérative. Cette seconde voie, l’a emporté, hier, avec l’élection d’un nouveau conseil administration. Elle enterre le projet de Pontmain.

[...]

L’inquiétude des salariés

[...]