Carole Delga : "d’ici à 2020, 600 000 recrutements dans l’ESS"

Toute la Recma

  • 2010
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

La Tribune - Qu'attendez-vous concrètement de la loi sur l'économie sociale et solidaire du 31 juillet 2014, notamment en termes d'emplois ?

Carole Delga - Que l'économie sociale et solidaire (ESS) soit mieux connue et puisse exprimer tout son potentiel de création d'emplois. Nous maintenons notre objectif de dépasser la part de 10% du PIB français, mais de manière très pragmatique en soutenant chaque initiative.

Lors des dix dernières années, les entreprises de l'ESS ont créé en proportion près de cinq fois plus d'emplois que l'économie classique. Ces emplois sont plus stables sur la durée car les structures de l'ESS ont des capacités d'adaptation et de résilience plus fortes. Les salariés y sont en effet parties prenantes des décisions et mesurent pleinement les tenants et les aboutissants des adaptations à opérer.

Par ailleurs, pour pallier les nombreux départs à la retraite qui sont à attendre dans un avenir proche, 600 000 recrutements d'ici à 2020 sont prévus dans l'ESS.

Lire la suite de l'entretien sur le site de La Tribune.

Au même moment, le Mouvement associatif diffuse un sondage de TNS Sofres sur les préjugés sur l'emploi associatif. A lire sur le iste de l'Express.

Toutes ces analyses sont à mettre en regard des craintes soulevées par l'annonce du plan d'austérité du gouvernement qui, selon le Collectif des associations citoyennes, pourrait toucher 200 000 emploi dans les années à venir.