AP2E analyse le "ratio investissement en local des dépôts bancaires locaux": les pauvres épargnent pour les riches

Agir pour une économique équitable publie sa lettre d'information de mars-avril. Avec le rappel de sa campagne pour la reconquête du pouvoir des sociétaires dans la bancassurance et  le projet de loi de loi pour la préemption des salariés en cas de cession de leurs entreprises, elle livre une intéressante analyse par département de l'épargne collectée et des investissements réalisés localement par les banques : "la progression des dépôts des citoyens a  été plus importante que la progression des crédits accordés par les banques."

Dépôts : les comptes ordinaires ont progressé de +7% contre + 9,5% de 2010 sur 2009, les livrets courants de 10,8% contre +5,3% de 2010 sur 2009, les livrets d’épargne populaire ont diminué de 5 %, les livrets de développement durable ont progressé de seulement 1,2% et les plan d’épargne logement de +3,2%.

Pourquoi une progression aussi importante des comptes non rémunérés par rapport aux comptes rémunérés ?

Crédits : les crédits d’équipement ont progressé de +6,1% pour + 4,4% de 2010 sur 2009, les crédits à l’habitat de 7,1% pour +7,5% de 2010 sur 2009, les crédits de trésorerie progressé de +6,1% alors qu’ils avaient diminués de 1,2% de 2010 sur 2009

Pourquoi la progression des crédits est dans l’ensemble inférieure à la progression des dépôts ? Alors que cela concerne directement la reprise économique, les crédits concernant les entreprises progressent moins vite que les crédits à l’habitat qui eux même ont une progression moindre que l’année dernière. Les crédits à l’habitat seraient-ils plus rémunérateurs que les crédits à l’entreprise ?

Les pauvres épargnent pour les riches

Les inégalités bancaires à la source de l’inégalité économique entre départements et régions de France ? En 2011, 7 régions (pour 7 en 2010 et 4 en 2009) 17 départements (pour 18 en 2010 et 14 en 2009) ont bénéficié d’encours de crédits supérieurs à leur participation aux encours de dépôts.

Pourquoi les fonds déposés dans les banques de 79 départements (8 sur 10), ont-ils été investis dans seulement 17 départements ? Qui en a décidé ?

Exemples pour mieux comprendre : Seine Saint Denis encours de dépôts 20,4 milliards - encours de crédit 16,9 milliards, Val de Marne dépôts 26,1 milliards – crédits 22,3 milliards, Nièvre dépôts 4,2 milliards - crédits 3,5 milliards, Haute Loire dépôts 4,9 milliards - crédits 3,3 milliards, Ardèche dépôts 6,4 milliards - crédits 3,8 milliards

Les sociétaires privés de décision stratégique pour leur territoire?

Dans les coopératives et mutuelles de la bancassurance, (60% des dépôts bancaires) les sociétaires ne devraient-ils pas avoir le pouvoir économique de décider de l’emploi de l’argent dont ils sont seuls propriétaires ? Ne pourraient-ils pas exercer ce droit par un vote en assemblée générale au lieu de déléguer cette décision aux administrateurs locaux qui eux même délèguent aux instances régionales et nationales ?

En savoir plus sur le site de l'AP2E