Une monnaie locale à Paris

Le 12 mai, la France est devenue le premier pays à voir sa capitale se doter d’une monnaie locale complémentaire (MLC). Grâce à l’initiative de l’association parisienne MoPPa (« Une monnaie pour Paris »), la pêche circule dans les arrondissements de l’est parisien, ainsi que dans le 14 e et le 15 e , après avoir fait ses preuves pendant quatre ans comme alternative à l’euro à Montreuil (93), où ses 30 000 coupures en circulation peuvent être utilisées dans une centaine de commerces : fleuristes, libraires, artisans, restaurants, coopératives bio ou même opticiens.
Aujourd’hui, plus de 50 monnaies locales circulent en France, et de nombreuses associations cherchent à relocaliser l’économie par ce biais. Quelques MLC sont même passées à la dématérialisation, c’est-à-dire aux cartes de paiement et aux comptes en ligne, voire aux applications mobiles, comme l’eusko basque. Sujet de discussion sur différents forums : ce passage au numérique, en rendant possible l’interopérabilité entre monnaies locales lors des voyages et déplacements, facilite-t-il son usage, ou bien cette dématérialisation signifie-t-elle un éloignement du projet originel et du lien au territoire ?