Québec : l’entrepreneuriat coopératif, mutualiste et associatif après la loi 27, une synthèse en 11 points

Notre ami Louis Favreau propose un riche "tour d’horizon 2014 des principales tendances de l’économie sociale québécoise d’aujourd’hui, tant celle de la famille coopérative que celle de l’économie associative." Au Québec,  après l'adoption de la loi cadre d'économie sociale, les réflexions sont très proches de celles qui animent (ou pas d'ailleurs...) l'ESS française.

1. Les contours de l’économie sociale : la bonne échelle, ce sont les territoires

2. L’identité n’est pas un vain mot ou un alibi

3. L’économie sociale n’est pas confinée à l’économie des services de proximité

4. Le secteur cumule quelques milliers d’entreprises mais n’est pas une force économique unifiée

5. La volonté politique de dépasser les différences est fortement aléatoire

6. La capacité de mobilisation de l’économie sociale, toutes familles confondues, est relativement faible

7. Entreprises associatives et développement durable à l’heure de la loi 27 : elles ne passent pas le test

8. L’urgence écologique est à la porte

9. Le mouvement coopératif répond bien aux enjeux d’aujourd’hui

10. Mobilisation autour d’une plate-forme politique commune: le chaînon manquant

11. Le plan d’action du gouvernement en 2014 : à courte vue