Les quatre secteurs à fort potentiel de développement de l’ESS

Toute la Recma

  • 2010
    • 2018
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Une étude prospective portant sur quatre secteurs économiques à fort potentiel de développement pour l’ESS a été publiée par la Délégation interministérielle à l’économie sociale et solidaire, la Direction générale des entreprises et la Caisse des dépôts. Ces secteurs sont :
– les circuits courts de production de denrées alimentaires à destination des consommateurs ;
– la collecte et le recyclage de déchets, la production et la vente de matières premières recyclées, la production et la vente de produitsrecomposés ou d’occasion ;
– l’écobâtiment et la rénovation thermique de bâtiments ;
– l’aide aux personnes âgées.

Pour les circuits courts alimentaires, l’étude révèle que les acteurs de l’ESS sont présents dans tous les maillons de la chaîne de valeur. Ils pèsent, en chiffre d’affaires (CA) ou équivalent, 23 % de la production, 6 % de la distribution et 4 % de la restauration collective/traiteurs (données 2014). Mais leur poids a tendance à baisser ces dernières années au profit des acteurs non-ESS, dans un secteur pourtant en croissance moyenne de 2,25 % par an.
Dans l’aide aux personnes âgées, l’ESS représente environ 65 % du CA du maillon domicile (SAAD) et 50 % du CA établissements (Ehpad). En 2012, un tiers des Ehpad étaient gérés par des acteurs de l’ESS (dont 70 % par des associations, 10 % par des mutuelles et 3 % par des fondations). Le secteur devrait poursuivre sa concentration (regroupements, mutualisation de moyens, voire fusions) – une évolution qui semble bien intégrée par les acteurs de l’ESS.