La France associative en mouvement, 11e édition, septembre 2013

Recherches et solidarités vient de publier la 11e édition de "la France associative en mouvement". 68000 nouvelles créations, 1,3 millions d'associations en activité, 166 000 établissements employeurs pour près de 2 millions de salariés, soit très exactement un emploi privé sur 10, soit plus que le secteur des transports ou encore que celui de la construction. Mais cet emploi est à nouveau en difficulté : après une année 2010-2011 en retrait, un répit en 2011-2012, l’année 2012-2013 a enregistré trois trimestres consécutifs de baisse, avec laperte nette de 9.500 emplois.

Associations et fondations : 166 000 établissements employeurs

Près de 1,9 million de salariés, une masse salariale de plus de 38 milliards d’euros en 2012, soit très exactement un emploi privé sur 10, soit plus que le secteur des transports ou encore que celui de la construction. Mais cet emploi est à nouveau en difficulté : après une année 2010-2011 en retrait, un répit en 2011-2012, l’année 2012-2013 a enregistré trois trimestres consécutifs de baisse, avec la perte nette de 9.500 emplois.

Dans cet ensemble, les fondations ne représentent que 0,8% des établissements, mais 3,9% des salariés et 5% de la masse salariale. Et leur développement est important depuis quelques années. Elles se distinguent également par un nombre moyen de salariés très important (57 contre 10 dans les associations), et par un salaire moyen par tête (SMPT) un peu plus élevé.

Les établissements de moins de 10 salariés représentent près de 80% du total, mais seulement 18% du nombre de salariés et 17% de la masse salariale totale. Dans le secteur sanitaire et social, plus de 30% des établissements employeurs ont 20 salariés et plus, dans la santé humaine et le social sans hébergement, et cette proportion est de 55% dans l’hébergement médicosocial.

Au sein du secteur associatif, la proportion d’embauches en CDI n’a cessé de diminuer, de 10% en 2003, à 4% seulement en 2013. Il en a été de même pour l’ensemble du secteur privé, passé d’une forte proportion de 26% en 2001, à la moitié au cours du premier semestre 2013. On sait par ailleurs que le nombre total de contrats a augmenté de 7% entre 2011 et 2012, au sein des associations, mais le nombre de CDI a baissé fortement, de 17%. Pour l’ensemble du secteur privé, la différence est la même, un peu atténuée, avec une progression de 5% de l’ensemble des contrats, et une régression de 7% du nombre de CDI.

Les fondations représentent un peu plus de 3% de l’emploi de l’économie sociale, les plaçant loin derrière les associations. Pour autant, le nombre de leurs établissements augmente régulièrement, atteignant près de 1.280 en 2012, avec une nouvelle progression de 4% du nombre de leurs salariés. Il s’agit généralement d’établissements importants, dont le nombre moyen de salariés approche la soixantaine.

En deux ans, le nombre d’établissements a progressé de 11% et le nombre de salariés de 9%. On enregistre en effet la création de nombre de fondations d’entreprises (plus de 120 en cinq années), de fondations universitaires, mais aussi le transfert de certaines activités du secteur associatif sanitaire et social vers le statut juridique de fondation.

Le secteur sanitaire et social comporte près de 800 fondations, représentant près de 60.000 emplois, soit près de 80% du total des salariés. 

C’est dans le secteur de la recherche et du développement scientifique que la part des fondations (45%) se révèle la plus importante. Dans le secteur de la santé (16%), dans celui de l’hébergement médicosocial (6%), et à un degré moindre dans l’enseignement et l’hébergement (2,9%), la composante « fondation » méritait effectivement d’être prise en compte pour l’observation du domaine non lucratif dans son ensemble.

En une douzaine d’années, l’emploi privé dans son ensemble a peu progressé, quand le secteur associatif a évolué de 25% environ, et celui des fondations de 60%

Contrat de travail

Les moins de 20 ans  sont que 18% à bénéficier d’un CDI. Les 21-25 ans sont nettement plus nombreux, proportionnellement (42,7%) à bénéficier d’un CDI, mais sont nombreux à avoir un autre type de contrat (9,5%). La proportion de salariés en CDI progresse ensuite jusqu’aux 56-65 ans (82,2%), pendant que régresse la proportion de ceux qui sont dans une autre situation. Les plus de 65 ans sont moins nombreux à bénéficier d’un CDI et un peu plus nombreux sous un autre statut (5,8%).

Le flux significativement plus important de CDI signés en faveur des salariés de plus de 50 ans dans le secteur associatif, constaté depuis plusieurs années à l’examen des déclarations uniques d’embauche (DUE), s’est confirmé en 2012 : quand l’ensemble du secteur privé propose 11% des CDI à des salariés de plus de 50 ans, cette proportion est de 19% dans le secteur associatif.

De par la nature des activités proposées par les associations, en particulier dans le sport ou la culture, mais aussi de par les moyens dont elles disposent, la proportion des salariés à temps plein est moins importante dans ce secteur que dans l’ensemble de l’emploi privé. Cette proportion moyenne de 51,5% des salariés à temps plein dans le secteur associatif varie fortement, d’une part en fonction du secteur d’activités, d’autre part en fonction de la taille des associations. Dans les secteurs et dans les associations où elle est la plus faible, on ne négligera pas le fait que nombre de salariés ont plusieurs employeurs, ce qui leur permet d’augmenter significativement leur temps de travail. Une légère majorité de salariés se trouvent à temps plein (52%), mais avec une nette différence entre les hommes (62%) et les femmes (47%).

Le secteur compte plus de 13 % de salariés de plus de 55 ans (moins de 10% en moyenne dans l’ensemble du secteur privé)