Hauts-de-Seine: l'ESS "torpillée"

Toute la Recma

  • 2010
    • 2018
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

En 2011, ce sont 6 Millions d'euros sur 3 ans -soit 10% du budget affecté au secteur économique - qui ont été votés en faveur du développement de l’ESS via des appels à projets dans le 92. 

Les 17 et 18 octobre derniers, un jury pluraliste, présidé par le Vice-président du Conseil général en charge de ce dossier, a examiné 83 dossiers issus de l'appel à projets et en a retenu 32 pour un montant de 1,3 M€. 

Or, à la surprise générale, lors de la Commission permanente du 7 novembre, Patrick Devedjian a choisi d'éliminer 12 projets de qualité et de réduire de moitié les subventions initialement envisagées.

Ce torpillage unilatéral est doublement scandaleux : 

  • Il piétine le travail consciencieux d'un jury désigné par un vote unanime du Conseil général et comprenant toutes les sensibilités politiques
  • Plus grave enocre, il supprime 12 projets d'économie sociale et solidaire utiles pour le territoire des Hauts-de-Seine.

En savoir plus sur le blog de Vincent Gazeilles, conseiller général des Hauts-de-Seine