70% des associations (hors sanitaire et social) ont dû suspendre leurs activités

Cette enquête du Mouvement associatif auprès des associations a récolté en dix jours près de 12 000 réponses. Après échantillonnage de représentativité, plusieurs tendances se dégageaient à la date du 26 mars :
• 70% des associations ont dû suspendre leurs activités habituelles, hors cas des associations mobilisées sur les activités de première nécessité. En creux, on retiendra que seules 17% de l’ensemble des associations échappent à la difficulté liée au report ou à l’annulation des événements.
• 80% d’entre elles maintiennent des liens à distance avec leurs bénévoles dans un esprit de solidarité.
• 52% des associations ont mis en place une relation avec les adhérents, pour «prendre des nouvelles».
• 40% d’entre elles indiquent prévoir d’ici six mois une perte de revenus d’activité significative et des difficultés de trésorerie liées à des reports d’activités ou de financement. Il est à rappeler que seules les associations employeuses peuvent bénéficier du dispositif de recours au chômage partiel pour baisse
d’activité.
• 44% des associations sont mobilisées pour relayer les messages officiels, et 50% se disent prêts à le faire si elles sont accompagnées par les autorités et bénéficient d’une protection de leurs bénévoles lorsque des interventions sur le terrain son requises.

A noter que lors des événements liés au virus H5N1, une enquête avait été organisée, à la demande des autorités sanitaires, par le même institut d’enquête Recherches & Solidarités, ce taux s’élevait à 45% d’associations volontaires pour une action au-delà de leurs adhérents, au bénéfice de la société.