Divers

L’ESS peut-elle se recycler grâce à l’économie circulaire ? Paris, 10/12/2014

Réemploi, recyclage, nouvelle approche de la consommation : l’économie circulaire propose un modèle alternatif de développement économique… et devient par la même occasion un marché concurrentiel. Comment l’économie sociale et solidaire peut-elle s’appuyer sur ces principes pour se réinventer et participer au défi majeur de la transition énergétique ? Peut-elle faire le poids sur le marché du réemploi face, par exemple, à des géants des traitements des déchets. Quelle valeur ajoutée sociale et environnementale peut-elle apporter ? Débat et éclairage lors cette conférence.

Nous n’avons pas attendu le gouvernement pour enseigner l’économie sociale et solidaire

Carole Delga, secrétaire d’Etat au commerece, en charge de l’économie sociale et solidaire (ESS), conclut l’interview donné au Monde Argent & placements du 4 novembre 2014 par cette phrase : « L’intérêt des jeunes générations pour cette économie alternative n’a jamais été aussi fort » (…) « Nous travaillons déjà en collaboration étroite avec les grandes écoles ; mais la culture de l’ESS doit maintenant se diffuser dans les universités ».

Croissance et emploi : l’UDES pointe les difficultés des entreprises de l'ESS

L’économie sociale et solidaire (ESS) compte aujourd’hui près de 223 000 organisations employeuses et 2,3 millions de salariés, soit 10 % de l’emploi en France et 14 % de l’emploi privé. 78 % des emplois de l’ESS se situent dans les associations, dont certains secteurs ont particulièrement souffert ces trois dernières années (enseignement, culture, aide et soins à domicile). Or, le gouvernement ne semble pas prendre en compte les difficultés rencontrées par de nombreuses entreprises de l’économie sociale et solidaire, pourvoyeuses d’emplois de proximité non délocalisables.

Social Impact Bond : sortir la finance sociale de la philanthropie ?

Longtemps, financer l'action sociale a relevé de la philanthropie. Privée, ou publique. D'un côté, l'Etat ou les collectivités subventionnaient les associations caritatives, tandis que les particuliers versaient une obole, sporadique pour certains, ou institutionnalisée pour les mieux lotis. Certains ont ainsi créé de tentaculaires fondations. Tel le Wellcome Trust britannique, créé grâce à la fortune d'Henry Wellcome et qui finance la recherche médicale; ou encore la Bill et Melinda Gates Foundation fondée par l'ex-PDG de Microsoft.

La NEF veut devenir une vraie banque

La coopérative solidaire a déposé une demande d'agrément auprès de l'ACPR pour devenir une banque de plein exercice. Cette nouvelle tentative de la NEF sera-t-elle la bonne ? La coopérative d'épargne financière solidaire, qui nourrit l'ambition de devenir une banque de plein exercice depuis de nombreuses années, a adressé en octobre dernier sa demande à l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) pour obtenir le statut d'établissement de crédit spécialisé.