Mutuelles

AG2R La Mondiale et le groupe Matmut

L’AG2R, premier groupe français de protection sociale, et le groupe mutualiste Matmut ont récemment annoncé dans un communiqué commun qu’ils  étaient entrés en « négociation exclusive pour étudier l’opportunité d’un projet de rapprochement ». Cette entente devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2019 « sous réserve de l’accord des instances de gouvernance des deux groupes, après avis des instances représentatives du personnel, ainsi que des agréments des autorités compétentes ».

Le groupe Audiens et la mutuelle Pleyel Santé

Le groupe de protection sociale Audiens a connu, en janvier 2017, le départ de la mutuelle Audiens de la presse, du spectacle et de la communication et celui de la MRSSC (Mutuelle des réalisations sanitaires et sociales de la communication). Depuis cette date, la mutuelle Audiens a été rebaptisée Umen et elle fait désormais partie du groupe VYV, récemment formé autour des groupes MGEN, Istya et Harmonie.

La mutuelle de la Défense Uneo en partenariat avec le CJDES

Unéo est la mutuelle des personnels de la défense. Issue en 2008 du regroupement des trois mutuelles de militaires (la Caisse nationale du gendarme, la Mutuelle nationale militaire, la Mutuelle de l’armée de l’air), elle regroupe aujourd’hui près de 1,2 million de personnes protégées, ce qui la hisse au deuxième rang des mutuelles de la Fonction publique. Le Centre des jeunes dirigeants de l’économie sociale (CJDES), créé en 1985, se présente comme un réseau de transmission et de diffusion de la culture de l’économie sociale et solidaire (ESS).

Le renouvellement du référencement d’acteur(s) de complémentaire santé des fonctionnaires d’Etat

La procédure ministérielle de référencement d’acteur de complémentaire santé, dont le cahier des charges a été publié en décembre 2016, aura des conséquences variables sur la protection sociale des différents agents de la Fonction publique selon le ministère auquel ceux-ci sont rattachés. Alors qu’au ministère de l’Economie et des Finances, le seul acteur de référence retenu est une mutuelle, la MGEFI (Mutuelle générale de l’Economie et des Finances), dans d’autres ministères, c’est la mise en concurrence – autrement dit « la loi du marché » – qui prévaut.

La pingrerie de l’Etat à l’égard des fonctionnaires mutualistes : trop peu connue...

Trop souvent friande des charges assassines de certains responsables politiques et économiques à l’encontre des fonctionnaires, l’opinion publique méconnaît totalement les inégalités dont ceux-ci sont victimes, notamment en matière de protection sociale complémentaire. En effet, si les employeurs privés mettent la main à la poche pour financer à 50 % minimum la cotisation santé de leurs salariés, tel n’est pas le cas dans la Fonction publique d’Etat... ou à un niveau ridiculement bas (3 % en moyenne du montant de la cotisation.

L’initiative mutualiste des prostituées

Le Syndicat du travail sexuel (Strass) a entrepris des démarches pour créer une mutuelle permettant aux prostituées de bénéficier d’une prise en charge en cas d’incapacité de travail. Econduit par certaines mutuelles  soucieuses de leur réputation, il a rencontré une écoute positive auprès de la Mutuelle de prévoyance interprofessionnelle (MPI), qui l’assistera dans la mise en place de ce dispositif solidaire.

Quel avenir pour les mutuelles étudiantes ?

Celles-ci pourraient se voir retirer la gestion du régime obligatoire de l’Assurance maladie des étudiants, qui serait adossé au régime général de la Sécurité sociale. Le régime étudiant a connu suffisamment de dysfonctionnements depuis l’affaire de la MNEF dans les années 90 pour que l’on puisse envisager cette mutation sans trop de regrets, à condition qu’elle permette une amélioration rapide de l’état sanitaire de la population étudiante, actuellement très préoccupant pour les étudiants issus de familles modestes.

Le monde mutualiste a son mot à dire sur les politiques de santé

Dans ce contexte d’incertitude, le pire serait, pour le mouvement mutualiste, d’attendre de savoir à quelle sauce il sera mangé. Bien au contraire, la Mutualité française entend, selon les termes de son président à l’assemblée générale de juin 2017, « être acteur et force de proposition ». Cette volonté s’est concrétisée lors de la campagne présidentielle par une interpellation continue des candidats sur leurs intentions en matière de politique de santé.