Association

Les nouveaux enjeux de la gouvernance des associations

La gouvernance est un terme polysémique qui naît dans l’univers des entreprises marchandes avant d’être mobilisé dans le contexte des organisations publiques. Après avoir rappelé brièvement l’histoire du concept, ainsi que la manière dont celui-ci est utilisé par les associations, l’auteur dégage trois perspectives ouvertes par les questions de gouvernance en lien avec l’évolution du modèle associatif. La première perspective repose sur la capacité des associations à s’engager sur des modèles multi-acteurs. La deuxième sur leur vocation à développer des démarches participatives à vocation inclusive pour accueillir les personnes les plus exclues de l’action publique. La troisième perspective témoigne d’un large mouvement de reconnaissance des communs. Au final, la gouvernance des associations apparait comme un espace doté d’une logique propre inaugurant un nouveau champ de recherche.

 

Numéro de revue: 
351
Année de publication: 
2019
Auteur(s): 
Philippe Eynaud

Le prélèvement à la source favorable aux donateurs

La copie du prélèvement à la source des impôts sur le revenu a été retouchée de façon favorable aux associations. Les réductions et crédits d’impôts feront l’objet d’une avance au 15 janvier, et cela vaudra aussi pour les dons aux associations. Ainsi, les donateurs récupéreront dès la mi-janvier 60 % de la déduction fiscale correspondant à leurs dons, sans avoir à attendre le deuxième trimestre de l’année suivante, comme c’était initialement prévu par Bercy. Les responsables d’associations ne cachent pas leur satisfaction.

Comment favoriser une démocratie plus participative au niveau européen ? Quel dialogue avec les organisations de la société civile ?

25 octobre : Paris, Maison des associations de solidarité (75013). Temps d’échange sur la participation citoyenne en Europe : comment favoriser une   démocratie plus participative au niveau européen ? Quel dialogue avec les organisations de la société civile ? Organisé par Le Mouvement associatif, de 17h30 à 20h30.

Le Fonds de développement de la vie associative a son décret

Le 8 juin 2018, l’objet et le fonctionnement du Fonds de développement de la vie associative (FDVA) ont été précisés dans le Journal officiel. Il s’agit d’encadrer les nouvelles modalités régissant l’attribution des crédits de 25 millions d’euros abondés en loi de finances 2018 pour financer les petites associations (somme provenant de la suppression de la réserve parlementaire). Objectif : soutenir des projets associatifs de toute taille et de toute nature. Le FDVA est entièrement décentralisé.

Un dossier « ESS et sport » pour préparer les JO

Inviter le monde du sport à se rapprocher de l’ESS et de ses valeurs : voilà la proposition du dossier thématique « Économie sociale et solidaire et sport » publié par le ministère des Sports, qui propose aux acteurs du secteur, selon le mot d’introduction de la ministre Laura Flessel, « des clés de compréhension, une grille de lecture du secteur de l’économie sociale et solidaire, ainsi que des pistes pour en tirer parti ».

De la partition du fait associatif à la loi de 2014 affirmant l’unité de l’économie sociale et solidaire : l’histoire d’une construction politique

Par la partition du fait associatif, l’État a cherché à se prémunir contre la potentielle influence, notamment politique, du mouvement associatif. Au sortir de la Révolution française, la dynamique associative est en effet multiple, et ce que l’on nomme aujourd’hui les familles de l’économie sociale (mutuelles, coopératives, associations) n’a pas de réalité : ces groupements de personne, véritables corps intermédiaires, sont multifonctionnels. Le législateur va choisir de leur assigner des intérêts et rôles spécifiques (la partition), s’assurant ainsi le monopole de l’intérêt général. Retraçant cette histoire, l’article questionne la façon dont on peut appréhender la loi du 31 juillet 2014 : est-ce une nouvelle position du législateur qui a émergé ou peut-on y voir les traces d’une continuité historique ?

 

Numéro de revue: 
349
Année de publication: 
2018
Auteur(s): 
Anne Fretel

La culture et l’ESS, des liens étroits méconnus

Dans un rapport rendu public fin février, le consultant Bernard Latarjet souligne que les acteurs culturels et ceux de l’économie sociale et solidaire (ESS) auraient intérêt à se rapprocher : ils partagent des valeurs et objectifs tels que nourrir l’exercice démocratique, concourir à émanciper les personnes, concilier développement économique et utilité sociale, ancrer l’action dans les territoires, soutenir l’innovation et la  création sous toutes leurs formes, etc.