Hugues Sibille

Hugues Sibille sur la loi ESS : «Il ne doit pas s’agir d’une loi alibi»

La loi sur l’économie sociale et solidaire (ESS) pose les bases d’un nouveau secteur. Socialter a demandé à l’une de ses figures incontournables, Hugues Sibille, de dresser le bilan du texte et d’analyser les perspectives qu’il ouvre pour les acteurs du mouvement. 

Selon vous, le projet de loi prend-il en compte toutes les composantes de la vaste famille ESS ? 

Pour des Coopératives d’énergie

La transition énergétique est un sujet essentiel. A fort impact sur la compétitivité et l’emploi. Mais sur lequel il est bien difficile de se faire une idée claire tant l’imbrication des enjeux techniques et politiques le rend complexe. Voir les débats sur le gaz de schiste. Dans la complexité ambiante deux idées simples émergent : agir sur la demande et privilégier les énergies renouvelables. Pour nous, acteurs de l’Economie sociale, elles doivent conduire à défendre la décentralisation énergétique, une idée qui fait son chemin et l’essor des coopératives d’énergie, une idée quasi inconnue en France mais en très fort développement en Allemagne. Un billet de Hugues Sibille pour la Croix

Diner débat du Ciriec "économie sociale et entrepreneuriat social: convergences et divergences", Paris, 25 mars 2013

Le Ciriec-France organise un dîner-débat avec: Hugues SIBILLE (vice-président du Crédit Coopératif, Ancien Délégué interministériel à l’économie sociale) et et Jean-François DRAPERI (Rédacteur en chef de la RECMA et Directeur du Centre d’Economie Sociale Travail et Société au CNAM) le lundi 25 mars 2013, à 18h30 à la Maison de l’Europe de Paris, 35-37, rue des Francs-Bo

"Perspectives de l’économie sociale et solidaire" par Hugues Sibille

Courant mars 2011, le vice-président du Crédit coopératif et vice président du Mouves, récent auteur d'un livre qui n'est pas passé inaperçu (Démocratiser l'économie, avec Tarik Ghezali) s'exprimait devant le Conseil national des Cres sur les rapports de l'ESS et de l'entrepreneuriat social. Les grandes lignes de cette intervention sont en ligne sur le blog d'Hugues Sibille.