Amérique latine

Au Brésil, les coopératives aident les producteurs d'orange à produire mieux et à contrôler la commercialisation

[...] Avec ses champs couverts d'arbres ronds et luisants, la région de Rio Real, à 250 kilomètres au nord de Salvador, domine la production d'oranges de l'état de Bahia, deuxième fournisseur brésilien d'agrumes. Une bonne partie provient de l'agriculture familiale, soutenue par les coopératives. "J'étais allergique au produit chimique que je pulvérisais. C'est l'association qui m'a donné l'idée de passer au biologique, en utilisant par exemple de la décoction de manioc comme herbicide", raconte Nelson Borges da Cruz, qui exploite quatre hectares d'orangers associés à du manioc, du maïs et des haricots.Coopealnor l'a également aidé à trouver des débouchés pour ses fruits biologiques. Il les écoule à 650 réais la tonne (200 euros) au lieu de 550 réais actuellement pour des agrumes conventionnels.

"L'économie sociale en Amérique Latine", appel à communications de la RECMA, jusqu'au 1er juin 2014

Depuis quelques années, l’Amérique latine est devenue un véritable laboratoire de l’économie sociale. Ce concept venu d’Europe, s’est profondément renouvelé et enrichi grâce aux multiples initiatives citoyennes, à l’apport des cultures indigènes, et à la prise en compte de l’économie sociale dans les politiques publiques. Les gouvernements de plusieurs Etats (Equateur, Bolivie, Argentine, Venezuela, Chili, Brésil…) ont mis en œuvre des programmes favorisant l’essor de modèles de production alternatifs. L’économie sociale et populaire a été inscrite dans la constitution équatorienne de 2008. En Colombie, mutuelles et coopératives jouent un rôle important dans la promotion de l’éducation et de la santé. En Argentine, la récupération des entreprises en faillite par les travailleurs est un phénomène en expansion… L'appel à communications est ouvert jusqu'au 1er juin (English and spanish below)

La protection sociale en Amérique latine

Un document du Centre d'analyse stratégique. La protection sociale en Amérique latine s’inscrit dans une histoire longue. Jusque dans les années 1970, les systèmes se sont construits selon une logique du "haut vers le bas", la protection sociale étant d’abord mise en place pour des catégories favorisées puis progressivement étendue. Après une phase de fragilisation, la protection sociale connaît, depuis les années 2000, une nouvelle expansion, cette fois-ci selon une logique du "bas vers le haut", qui part des plus défavorisés.

Toile filante : rencontres, mémoires, parcours

Henryane de Chaponay et Lygia Segala, 2012

Il est parfois difficile, dans le milieu de l’économie sociale et solidaire, de se raconter à la première personne ou d’évoquer les parcours personnels au sein d’initiatives par nature collectives. Ce risque a été pris, en partie, par Henryane de Chaponay, qui dans une maïeutique à quatre mains avec une anthropologue brésilienne, Lygia Segala, a ouvert ses archives pour partager son itinéraire dans un « beau livre » richement illustré.