Esper

Hamon-Peillon : économie sociale, éducation populaire et école républicaine, même combat!

Le ministre de l'ESS Benoît Hamon l'avait annoncé lors du 35e congrès des Scop, il l'a confirmé jeudi matin au Salon de l'éducation : le "choc coopératif" se décline en un accord-cadre qui devrait être signé prochainement pour que "dans les écoles, les collèges et les lycées se développent des projets pédagogiques qui associent enseignants et acteurs de l'économie sociale et solidaire".

Communiqué de L’ESPER Suite à l’annonce du nouveau gouvernement

Les réactions du secteur suite à l’élection de François Hollande à la présidence de la République le 6 mai dernier, et à la constitution d’un gouvernement autour du premier ministre Jean-Marc Ayrault, ont été nombreuses (lire ici celle de la CPCA, de Michel Abhervé, et les nombreuses publications colligées par l'Atelier ...). Nous reproduisons ici celle de l’ESPER (l'Economie sociale partenaire de l'école de la République) qui "salue la création d’un ministère délégué à l’économie sociale et solidaire, rattaché au ministère de l’économie, des finances et du commerce extérieur, confié à M. Benoit Hamon. Cette reconnaissance institutionnelle, qui était l’une des demandes des acteurs de l’ESS, apparaît comme un signe positif pour l’importance qui sera donnée à cette économie dans les orientations gouvernementales, signe qui devra encore se concrétiser par la mise à disposition de moyens conséquents.

Signez le manifeste de l'ESPER "pour l’éducation à l’économie sociale et solidaire!"

L’ESPER organisait 22 mars ses premières rencontres nationales, en partenariat avec le CEGES (Conseil des entreprise, Employeurs et Groupements de l'Economie Sociale) et le CNCRES (Conseil national des Chambres régionales de l'économie sociale et solidaire). Tout au long de la journée, plus de 200 personnes, militants d’organisations de l’ESS, représentants des CRESS, acteurs de l’éducation, pouvoirs publics, universitaires, étudiants… sont venus débattre autour de propositions visant à assurer une meilleure prise en compte d

"Pour une meilleure prise en compte de l’Economie sociale dans l’éducation et les formations" table ronde de l'Esper, Paris, 20 mai 2011

L’Economie sociale a toujours été historiquement engagée pour l’éducation. Or, force est de constater aujourd’hui que cette économie, ses spécificités, ses finalités, sont très peu présentes dans les champs éducatifs et scolaires. Alors que les entreprises capitalistes se sont depuis longtemps mobilisées pour assurer un lien fort avec le monde de l’enseignement, les acteurs de l’Economie sociale peinent à s’organiser collectivement pour initier une telle démarche. L’ESPER, qui rassemble 37 organisations de l’Economie sociale (associations, mutuelles, coopératives, syndicats) du champ de l’Ecole, organise une table-ronde pour débattre autour de propositions visant à permettre une meilleure prise en compte de l’Economie sociale dans le champ éducatif, le vendredi 20 mai, au siège de la MGEN (75015) de 9h à 12h30.

Naissance de l’Esper

L’association Esper (L’économie sociale partenaire de l’école de la République) a été créée le 8 décembre 2010. Elle se substitue au Comité de coordination des œuvres mutualistes et coopératives de l’Education nationale (CCOMCEN), fondé en 1972. Ses objectifs sont de «constituer un espace d’échanges, de dialogue et de coopération, de développer des actions communes, et de promouvoir les modèles de l’économie sociale et une vision partagée de l’éducation et de la société».