Esper

L’éducation, réponse aux défis de l’ESS ?

L’éducation à l’ESS est une question d’une grande complexité. À lui seul, le terme « éducation » a donné naissance à une discipline qui recouvre à la fois un ensemble de théories et de nombreux métiers et pratiques, et il définit des sous-disciplines des sciences humaines : sociologie, psychologie, économie de l’éducation sont autant d’immenses corpus théoriques. En tant qu’objet de recherche, l’ESS n’a pas cette ancienneté. Ignorée durant près de deux siècles, elle n’appartient à aucune discipline.

L’Esper teste des outils pour former les enseignants – et leurs élèves – à l’ESS

Alors que l’association Esper (l’Économie sociale partenaire de l’école de la République, née en 2010), en partenariat avec l’Office central de coopération à l’école (OCCE) et Coop FR, a renouvelé, du 26 au 31 mars, la semaine « Mon ESS à l’école », le groupe de travail « Formation des éducateurs à l’ESS » constitué en son sein avançait dans l’élaboration du matériel pédagogique à destination des enseignants du primaire et du secondaire. Ce groupe mobilise des enseignants, des universitaires et des responsables de l’ESS, et poursuit deux objectifs stratégiques.

Du nouveau pour L’Economie sociale partenaire de L’Ecole de la République (L’Esper)

Du 13 au 20 mars, la nouvelle édition de la « Semaine de l’ESS à l’école » s'est déroulé un peu partout en France pour élargir le champ de la sensibilisation des élèves à une économie citoyenne, démocratique et solidaire. Porté pendant quatorze ans par l’Office central de la coopération à l’école (OCCE) et Coop FR (organisation représentative du mouvement coopératif français), cette année l’événementa fortement mobilisé l’association L’Esper (L’Economie sociale partenaire de L’Ecole de la République).

Retour sur une journée d’étude : « Que sait-on aujourd’hui des valeurs de l’ESS ? Comment sont-elles transmises ? »

Dans le cadre du Mois de l’ESS, une journée d’étude sur le thème « Que sait-on aujourd’hui des valeurs de l’économie sociale et solidaire ? Comment sont-elles transmises ? » était organisée au palais Bourbon le 28 novembre 2016 à l’initiative du Pôle international de ressources de Limoges et du Limousin pour l’histoire du monde du travail et de l’économie sociale (PR2L). Cette association limousine rassemble des historiens, des militants de l’économie sociale et des syndicats partageant un souci de mise en valeur des expériences d’économie sociale.

Signature d’un accord-cadre de coopération en faveur de l’éducation à l’ESS

Le 13 juin, l’Esper (Economie sociale partenaire de la République), qui regroupe une quarantaine d’organisations du secteur et le ministère de l’Education nationale, ont signé l’accord-cadre annoncé fin 2012  et revendiqué depuis mars 2012 par l'association. On ne peut que s’en réjouir, même si le préambule et les considérants manquent un tantinet de souffle (pas un mot sur l’émancipation collective, ou l’ESS comme transcription dans le monde économique du triptyque républicain Liberté, Egalité, Fraternité) et que le corps du texte reste très prudent quant à la future place de l’enseignement de l’ESS dans les programmes d’éducation économique et sociale.

Roland Berthilier élu secrétaire général de la FNMF

Roland Berthilier a été élu le 6 juin secrétaire général de la Mutualité Française. Il succède ainsi à Jean-Philippe Huchet. Depuis 2005, Roland Berthilier est secrétaire général de la Mutuelle générale de l’Education nationale (MGEN), après avoir exercé les fonctions de secrétaire général adjoint et responsable du service communication de la MGEN. Roland Berthilier est également président de l’Esper (l’Economie sociale partenaire de l’Ecole de la république), vice-président du Conseil des entreprises, employeurs et groupements de l’économie sociale (Ceges), viceprésident de l’Association nationale de la presse mutualiste (ANPM) et vice-président du Syndicat de la presse sociale. Né en 1955, Roland Berthilier a débuté sa carrière dans l’Education nationale. Parallèlement, il a siégé au comité de section du Rhône de la MGEN (1983-1985) puis est devenu membre du bureau et responsable de la communication de la section (1985-1990) avant d’en être le président (1990-2000). De 1990 à 1995, il a, par ailleurs, été administrateur de la caisse primaire centrale d’assurance maladie de Lyon.