FNCuma

Au Salon international de l’agriculture, Coop de France présente ses nouvelles publications sur la gouvernance

Depuis quelques années, deux éléments semblent se conjuguer dans le domaine de la coopération agricole. Les crises agricoles font naître des interrogations tant de la part des adhérents que des pouvoirs publics sur le fonctionnement des coopératives. Par ailleurs, la loi « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable », promulguée le 1 er novembre 2018, suscite des questionnements au moment où une ordonnance est en cours d’élaboration.

Scops et Cuma au service de l’innovation coopérative

Depuis 2001, date de la création du statut Scic (société coopérative d’intérêt collectif), la Confédération générale des Scop (CG Scop) et la Fédération nationale des coopératives d’utilisation de matériel agricole  (FNCUMA) sont engagées dans un partenariat au service de l’innovation coopérative. Les deux fédérations ont renouvelé leur accord à l’occasion de la manifestation « Planète coopérative », organisée par Coop FR en septembre 2017.

Une histoire de la coopération agricole de production en France

Les coopératives d’utilisation de matériel agricole (Cuma) et les groupements agricoles d’exploitation en commun (Gaec) constituent des formes d’agriculture de groupe relativement bien connues. Il est utile de se pencher sur d’autres formes sociétaires, dont certaines entendaient s’inscrire dans la tradition de la coopération agricole de production (coopération intégrale comparable aux Scop), notamment les « communautés rurales », les sociétés coopératives agricoles d’exploitation en commun (Scaec) et les coopératives de culture en commun (projet avorté à la fin des années 40). La présente étude passe en revue différentes explications possibles de l’échec ou du très faible impact de ces projets. Ces hypothèses relèvent de registres très différents (politique, social, droit civil, socio-ethnologie…).

Numéro de revue: 
331
Année de publication: 
2014
Fichier attachéTaille
PDF icon recma331_045058.pdf862.77 Ko
Auteur(s): 
Serge Cordellier

Comment encourager et accompagner l'entrepreneuriat collectif en espace rural? Valence, 20 juin

La FN Cuma, l'Afip et les partenaires du projet sur l'entrepreneuriat collectif inscrit au sein du Réseau Rural français co-organisent avec le Réseau Rural Rhône-Alpes une journée d'échanges : Comment encourager et accompagner l'entrepreneuriat collectif en espace rural ? INEED - Valence TGV (26) - jeudi 20 juin 2013.

Quelle gouvernance pour les projets d’entrepreneuriat collectif?, Mignaloux-Beauvoir, 16 mai

Dans le cadre de sa mission d’animation du Réseau Rural Régional, le Comité Interconsulaire Poitou-Charentes organise une journée d’échange sur « l’entrepreneuriat collectif ». Cet évènement a lieu en partenariat avec les membres du projet entrepreneuriat collectif conduit dans le cadre du Réseau Rural Français et co-animé par l'AFIP et la FNCUMA

Les chiffres clés des CUMA

On compte 11545 coopératives d'utilisation de matériel agricole en France en 2011. Ces coopératives de proximité regroupent environ 40% des exploitations agricoles françaises, jusqu'à 75% dans certaines régions. Alors que le nombre d'agriculteurs ne cesse de diminuer, le nombre d'adhérents de cuma se maintient. Chacune d'entre elles compte en moyenne 20 adhérents, avec une grande diversité : du groupe restreint de quatre exploitations à la cuma départementale de plus de 100 adhérents.

Vent de fronde dans les Cuma

Les représentants des Coopératives d'utilisation de matériel agricole (Cuma) manifesteront cet après-midi à Toulouse, devant la préfecture de Région. Raison de cette fronde : la direction régionale de l'agriculture les a avertis par un simple courrier électronique de la décision de suspendre cette année les prêts bonifiés pour l'achat de matériel agricole.

Colloque FNCuma "la coopération agricole de production", 4 décembre, Montrouge: le bilan

En 2012, la Fédération Nationale des cuma a lancé un travail sur la coopération agricole de production, c'est-à-dire la mutualisation par les agriculteurs de tout ou partie de leurs stratégies de production (sous des formes juridiques variées). Celle-ci rencontre aujourd’hui un contexte qui lui est à l’évidence favorable : volatilité des prix agricoles, nécessité d’innover en mutualisant les risques, volonté de mieux organiser le temps de travail, recherche de flexibilité... Cette coopération mérite d’être ré-identifiée dans les débats actuels, retravaillée par la coopération agricole et revalorisée auprès des pouvoirs publics et des agriculteurs. Aussi, la FNCUMA, avec le soutien de plusieurs partenaires, a organisé un colloque sur cette thématique, le 4 décembre prochain à Montrouge. Bilan

Groupement d’intérêt écologique et économique: une chance pour la coopération agricole de production? Paris, 31 oct

La FNCUMA vous invite à participer à la quatrième de ses journées d’étude consacrées à la coopération agricole de production, pour remettre en débat les questions de coopération de proximité en agriculture. Cette journée d’étude supplémentaire visera à mieux comprendre ce que pourrait recouvrir le « groupement d’intérêt écologique et économique » actuellement travaillé par le Ministère de l’Agriculture (voir document joint), et en quoi pourrait-il encourager de nouvelles coopérations entre agriculteurs autour de l’acte de production.

Coopérer pour développer les circuits courts

La Fédération nationale des coopératives d'utilisation de matériel agricole (FNCUMA) publie un intéressant 12 pages sur les "circuits courts". Circuits courts/circuits de proximité, comment s’y retrouver ? «Un intermédiaire au plus entre producteur et consommateur » : voilà la définition des circuits courts la plus couramment utilisée. Cette formulation ne prend pas en compte la dimension locale – pourtant essentielle – et c’est pourquoi beaucoup lui préfèrent l’expression de «circuits de proximité». Dans ce dossier, nous considérons que les circuits courts se rapportent à l’ensemble des démarches qui visent à limiter les intermédiaires et les distances entre producteurs et consommateurs.