politiques publiques

Regards sur les politiques territoriales d’ESS en France

Le RTES (Réseau des collectivités territoriales pour une économie solidaire) publie les travaux d'Amélie Artis, spécialiste de l’économie sociale à Sciences Po Grenoble, sur les politiques territoriales de l’ESS présenté lors d'une communication au congrès de l’Association Française de Sciences Politiques de juillet 2013. Cette communication, en deux volets, s’est appuyée notamment sur les réponses d’un questionnaire qui avait été diffusé auprès des collectivités territoriales adhérentes du (RTES). Elle synthétise par ailleurs l’apport de plusieurs travaux publiés par la Recma.

Quelle place pour l’économie sociale en Europe?

Comment l’économie sociale se définit-elle dans les Etats membres et au sein de l’UE ? Quelles institutions sont compétentes en la matière ? Comment l’entrepreneuriat social s’inscrit au sein des politiques européennes ? Le Think Tank européen Pour la Solidarité publie une nouvelle note d’analyse pour répondre à ces questions intitulée « Quelle place pour l’économie sociale en Europe ?». Ce Working Paper de Pour la Solidarité revient sur la diversité de modèles d’économie sociale existant sur le territoire européen et sur les différentes façons dont l’économie sociale est caractérisée, entre ses statuts et ses valeurs. Il examine également la façon dont le concept a pris corps à l’échelle communautaire pour constituer aujourd’hui une réalité humaine et économique indéniable, au cœur des enjeux européens de croissance, de développement durable et d’emplois.

Semaine d’action inter associative du 14 au 22 septembre, appel à mobilisation

Une plate-forme inter associative s’est constituée autour de l’appel « non à la disparition des associations ». A ce jour 4500 responsables associatifs, 65 réseaux nationaux et plusieurs centaines d’associations locales départementales ou régionales ont signé cet appel. Cette plate-forme a décidé organiser une semaine d’action, du 14 au 22 septembre, pour exiger le maintien des financements associatifs et la reconnaissance du rôle des associations dans la société. Une journée de travail préparatoire a permis samedi 8 juin de préciser les objectifs, les priorités et l’organisation de cette semaine d’action. Elle a permis de constater que de très nombreux territoires envisagent de se mobiliser.

Maroc: le gouvernement veut tripler la contribution des coopératives au PIB d’ici à 2020

Le ministère des Affaires générales et de la gouvernance vient d’élaborer une nouvelle stratégie nationale en vue de favoriser l’émergence «d’une économie sociale performante et structurée». Le département de Najib Boulif veut ainsi gagner une plus forte adhésion des populations actives à l’économie solidaire en portant le taux de pénétration des coopératives à 7,5% à l’horizon 2020 au lieu de 3,1% actuellement (passer de 50000 à 175000 salariés). Un article de Brahim Mokhliss, pour LE MATIN du 24/06/13.

Economia social y solidaria en Bolivia (L'ESS en Bolivie)

Ressources Solidaires publie un texte de Laura Ramirez, étudiante bolivienne à l'IAE de Nantes en L2 sur l'ESS en Bolivie (35% de l'emploi salarié) où il existe une "Stratégie nationale pour l’économie solidaire et le commerce équitable" et une politique de Coordination et d’intégration des organisations économiques paysannes pour harmoniser les structurations sociales communautaires, notamment dans l'Est du pays, et un Réseau National de Commercialisation Communautaire de la Bolivie pour la formation des producteurs... 

L’économie sociale, quel statut et quel rôle pour la promotion de l’économie marocaine?

Le professeur Mohammad Yad, Président du Centre de citoyenneté et de développement solidaire du Maroc livre pour le Libération marocain un long exposé sur l'ESS au Maroc reprenant une communication faite par l’auteur au deuxième carrefour de la mutualité qui s’est tenu au Maroc, le 4 avril 2013, par l’Union africaine de la mutualité sur le thème : ‘’Le rôle des mutuelles dans le développement de l’économie sociale et solidaire’’. Le raisonnement est articulé en trois parties : L’économie sociale comme potentiel socio-économique approprié [héritée de la "tradition" française d'économie sociale] ;  Le legs structurant et la perversion structurée au Maroc [une économie sociale pour et par les plus modestes, réflexion sur les effets pervers de l'INDH] ;  Pour une alternative appropriée. Nous en reproduisons ici quelques extraits.

Vie associative: bilan d'action gouvernemental mai 2012-mai 2013

Les associations sont des composantes essentielles de l’économie sociale et solidaire et des acteurs majeurs de l’innovation, du progrès et de la cohésion sociale dans notre pays. Elles sont un partenaire indispensable de l’action des pouvoirs publics et jouent un rôle majeur dans la création d’emplois et le renforcement du lien social. Parce qu’elle contribue aux politiques économiques et sociales de la Nation, des engagements forts ont été pris en faveur de la vie associative. En 2011, pour la première fois, l’emploi dans le secteur associatif a diminué. Il était donc urgent d’agir pour redonner confiance et lisibilité aux acteurs et endiguer l’hémorragie. La mise en œuvre de ces engagements a débuté dès mai 2012, dans une logique interministérielle. Passage en revue des actions réalisées…

Nouveau guide de la Commission européenne : économie sociale et entrepreneuriat social

Le guide, disponible en version papier en anglais, français et allemand, de la DG Emploi et affaires sociales de la Commission européenne décrit le rôle des coopératives, mutuelles, associations et entreprises sociales pour la société européenne et la façon dont les autorités publiques soutiennent ces formes alternatives d’entreprendre. Il rappelle également le rôle qu’ont à jouer aussi les citoyens et toute la société en adoptant des comportements plus responsables. Une fois n'est pas coutume, le guide référence la Recma, sous son titre d'origine certes (Revue des études coopératives), mais c'est un bon début !

"La construction de l’économie solidaire au Luxembourg: une mise en perspective internationale", 30 mai, Luxembourg

Depuis maintenant trois ans, le gouvernement luxembourgeois s’est doté d’un département de l’économie solidaire au sein du Ministère de l’économie et du commerce extérieur avec à la tête un ministre délégué à l’économie solidaire. En novembre 2011, le premier Plan d’action pour l’économie solidaire (PLES), élaboré par le département ministériel dans le cadre d’un processus concertatif, a été officiellement présenté et lancé. Le département ministériel entend promouvoir une conception large de l’économie solidaire, assimilée à ce qui est parfois encore appelé « économie sociale et solidaire ». Par ailleurs, Business Initiative a.s.b.l. a été mandaté par le département de l’Economie solidaire, du Ministère de l’Economie et du Commerce extérieur, pour développer un parcours “1,2,3 GO Social” dont le but est d’accompagner des porteurs de projets d’entreprises à finalité sociale ou solidaire au Grand-Duché de Luxembourg. Ce n’est toutefois pas parce que le terme d’économie solidaire est aujourd’hui sur toutes les lèvres, qu’il vient de naître, comme une chose venue de nulle part. Au Luxembourg, comme dans nombre de pays, l’économie solidaire moderne a des racines multiples qui remontent jusqu’au 19e siècle avec le mouvement mutualiste et coopératif. L’économie solidaire entretient par ailleurs des liens avec les mouvements sociaux, l’action sociale et la religion. L'objectif principal du workshop est de mettre en discussion le projet actuellement en cours de construction ou de reconstruction d'un « secteur » de l’économie solidaire au Luxembourg à partir d’éclairage international portant sur les multiples racines de l’économie solidaire.

L’économie sociale en Espagne: un bilan de la législation nationale et régionale

En 2011 a été votée en Espagne la première loi nationale en Europe dédiée exclusivement à l’économie sociale, comprise dans sa globalité. Par cette loi, le gouvernement espagnol a reconnu institutionnellement l’économie sociale et s’est engagé à la promouvoir. En effet, dans la grave crise économique et sociale que traverse l’Espagne, l’économie sociale résiste mieux que l’économie classique et peut être un secteur de relance de l’économie et de l’emploi tout en répondant aux nouveaux besoins sociaux de la population. Malgré sa forte résilience, l’économie sociale souffre aussi du contexte macroéconomique. Un accompagnement économique reste indispensable aux côtés de la modernisation législative afin d’assurer le développement du secteur.