politique

"Sociologie économique et économie critique: à la recherche du politique", Centre culturel international de Cerisy, 12-19 juin 2014

Colloque sous la direction d'Alexandra BIDET et Florence JANY-CATRICE. Alors que s’affirme le renouveau d’une sociologie des faits économiques, on observe une insatisfaction croissante à l’égard de l’économie "standard", dont le discours s’est avéré de plus en plus en décalage avec les enjeux du moment, marqués entre autres par la grave crise financière mondiale ouverte à l’automne 2008. On assiste, quand les développements contemporains de cette science économique mainstream tendent au contraire à naturaliser des "lois" économiques, à universaliser leurs concepts et à standardiser leurs méthodes, au retour d’une interrogation classique sur la dimension politique des faits économiques. 

La contribution de l’économie sociale et solidaire à l’heure de Rio + 20 : Une réponse aux challenges posés par la crise

Les  5e Rencontres du Mont-Blanc se sont tenues à Chamonix Mont-Blanc  du 9 au 12 novembre 2011. Elles ont réuni plus de 240 dirigeants et représentants de l'économie sociale venant de 40 pays. Ces rencontres ont été précédées d'un important travail de préparation. Le document d'orientation des RMB présente ainsi en une trentaine de pages une réflexion sur la crise, un tour d'horizon de l'ESS au Nord et au Sud et des pistes de sortie de crise, "vers un new deal social, écologique et démocratique planétaire". Une annexe, "cahiers d'initiatives", vise "à illustrer le potentiel actuel et à venir de l’économie sociale et solidaire dans le contexte des enjeux qui seront débattus à Rio en juin 2012" en 40 réalisations. 

Reconfiguration de l’ESS française : lancement des Etats généraux et 1er congrès du Mouves

Alors qu’il n’existe plus formellement de représentation autonome unique de l’économie sociale et solidaire, le Groupement national de la coopération ayant quitté le Ceges depuis en pleine restructuration, le secteur se reconfigure « par en bas », à l’initiative de grandes figures faisant appel non plus aux fédérations et aux représentations des familles de l’ESS mais directement aux acteurs.

Politique de l’association

Jean-Louis Laville. Le Seuil, coll. « Economie humaine », janvier 2010, 354 p.

Le livre de Jean-Louis Laville se présente comme une étape. Produit d’une seule plume, il rassemble la pensée d’un auteur sur son objet principal d’investigation : l’économie solidaire. La clarté de l’exposé, la logique de l’enchaînement des idées et les synthèses esquissées en font une clef pour de nombreuses autres lectures.

Un ministre délégué à l’économie solidaire au Luxembourg

Le 23 juillet 2009 au Luxembourg, suite aux législatives de juin, Romain Schneider a fait son entrée au gouvernement de coalition entre le Parti chrétien-social (CSV) et le Parti ouvrier socialiste luxembourgeois (LSAP). Il y occupe de nombreux postes ministériels (agriculture-viticulture-développement rural et ministre des sports) dont celui de ministre délégué à l’économie solidaire rattaché à celui de l’économie. Ce qui fait du Grand Duché le premier pays européen à s’être doté d’un programme gouvernemental pour l’économie solidaire. La feuille de route de M. R.

Bretagne : l’ESS affirme un projet politique

Animé par la Cres Bretagne et le Collège Coopératif en Bretagne, l'Observatoire de l'économie sociale et solidaire est soutenu depuis près d’un an par l’Etat, le conseil régional et les conseils généraux d'Ille et Vilaine, du Finistère et des Côtes d'Armor. Ses travaux sont désormais accessibles en ligne. Outre une myriade de documents statistiques et de rapports, le site propose un espace collaboratif et une base géolocalisée d’initiatives régionales.

IXes rencontres du Riuess à Roanne : « Entreprendre en économie sociale et solidaire : une question politique ? » 17-18 juin 2009 Roanne

Les 17 et 18 juin 2009 se sont tenues à Roanne les IXes rencontres du Réseau interuniversitaire de l’économie sociale et solidaire (Riuess). Dans la ville d’où Henri Desroche est originaire, les participants se sont interrogés sur le thème « Entreprendre en économie sociale et solidaire : une question politique ? ». Autrement dit, alors qu’il est fréquent de parler de banalisation des entreprises de l’ESS, l’ambition du colloque a été de réinterroger le pôle moins économique de l’ESS. Il n’est plus sérieusement contesté que l’ESS ait une dimension économique, mais il reste alors à repérer les caractéristiques de cette activité qui la distinguent de celle des entreprises capitalistes. L’hypothèse qu’a voulu éprouver le réseau était que la finalité politique pouvait être une de ces caractéristiques.