entrepreneuriat social

L'Uniopss interpelle la Commission européenne sur son initiative autour de l'entreprenariat social

Le président de l'Uniopss a adressé, le 10 juin dernier, un courrier à Michel Barnier, Commissaire européen chargé du marché intérieur. Dans son courrier, le Président de l'Uniopss interpelle le Commissaire sur les fondements de l'initiative européenne pour l'entreprenariat social "dont les contours sont flous et qui paraît exclure les acteurs non lucratifs".

L’APCE missionnée pour l’ESS : un "pont vers l'entreprise classique"

Frédéric Lefebvre, secrétaire d’Etat chargé notamment du commerce, de l’artisanat, des PME et de la consommation, charge l’Agence pour la création d’entreprise (APCE) de participer à la promotion de l’entrepreneuriat social. L’APCE propose donc un nouveau dossier, sur cette "autre façon d'entreprendre". Si, étant donné le rayonnement de l'APCE, les représentants du Ceges, de l'Avise, du Mouves et de l'Association des régions de France interviewés par Localtis se félicitent de cette décision (notons incidemment que les trois derniers soutiennent le développement de l'entrepreneuriat social), le choix de l'APCE peut légitimement interroger au moment où le CNCres travaille à la mise en place de 26 agences régionales de l'ESS

L’Atelier (Ile de France) lance son dispositif d’appui aux entrepreneurs sociaux

L’Atelier  – Centre de ressources régional de l’économie sociale et solidaire - propose un nouveau dispositif à destination des porteurs de projet qui souhaitent créer une entreprise d’économie sociale et solidaire (ESS). L’objectif est de leur permettre de passer plus rapidement de l’idée au projet concret. Le parcours imaginé par l’Atelier  s’adresse à tous les futurs entrepreneurs sociaux. Au menu "Business plan social et speed-dating solidaire".

Séminaire Addes "l'entrepreneuriat social", Paris, 31 mai 2011, essai de compte-rendu

L'Addes organisait un séminaire de réflexion sur "l'entrepreneuriat social", le 31 mai 2011 au matin à la Sorbonne, avec Henry Noguès, Hugues Sibille, Eve Chiapello, Jean-François Draperi, Jacques Defourny et Alain Iribarne. L'Addes publiera bientôt l'intégralité des échanges, voici en attendant un rapide compte-rendu de ce séminaire. 

"Perspectives de l’économie sociale et solidaire" par Hugues Sibille

Courant mars 2011, le vice-président du Crédit coopératif et vice président du Mouves, récent auteur d'un livre qui n'est pas passé inaperçu (Démocratiser l'économie, avec Tarik Ghezali) s'exprimait devant le Conseil national des Cres sur les rapports de l'ESS et de l'entrepreneuriat social. Les grandes lignes de cette intervention sont en ligne sur le blog d'Hugues Sibille. 

Démocratiser l’économie

Hugues Sibille, Tarik Ghezali, Grasset, 2010, 138 pages

Dans leur ouvrage consacré à la démocratisation de l’économie, Hugues Sibille et Tarik Ghezali (1) s’attaquent à une question récurrente dans notre histoire sociale : la démocratie économique, question familière aux praticiens et analystes de l’économie sociale et solidaire. Contrairement au discours des économistes qui réclament un retour de la régulation publique, ils affirment une conviction forte : la sortie de crise « ne sera pas keynésienne ». Ce ne sera pas une économie mixte mais une économie plurielle qui nous permettra de sortir des dégâts opérés par les dérégulations. Dans ces nouvelles « régulations citoyennes et entrepreneuriales » (p. 10), les sociétés de personnes devraient jouer un rôle important pour contrebalancer le pouvoir des actionnaires et des managers qui a conduit à la financiarisation de l’économie. La perspective d’une plus forte valorisation de la coopération est séduisante mais l’argumentation n’est pas dénuée d’ambiguïtés.

Entreprises sociales et entrepreneuriat social en Grande-Bretagne

Cet article vise à présenter la situation des entreprises sociales en Grande- Bretagne. L’auteure y décrit d’abord brièvement l’histoire du tiers secteur anglais depuis le milieu du xxe siècle et les récentes mesures spécifiquement destinées aux entreprises sociales. Les conséquences majeures de cette politique publique sont ensuite présentées : la mise en concurrence des structures et la montée en puissance du « managérialisme ». Puis la question de la structuration légale est évoquée, avec le nouveau statut de société d’intérêt communautaire, ou community interest company, et la récente création du label Entreprise sociale. L’auteure étudie enfin la figure de l’entrepreneur et montre que la logique de l’entrepreneuriat social va à l’encontre de logiques collectives et d’entraide.

Numéro de revue: 
319
Année de publication: 
2011
Fichier attachéTaille
PDF icon recma319_097113.pdf422.08 Ko
Auteur(s): 
Maïa Souviron