FNMF

Front mutualiste contre la surtaxe d’impôt sur les sociétés

L’Association des assureurs mutualistes (AAM), la Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF) et le   Centre technique des institutions de prévoyance (CTIP) sont vent debout contre le projet gouvernemental d’une surtaxe exceptionnelle qui serait prochainement appliquée aux 320 plus grandes sociétés françaises dépassant le milliard d’euros de chiffre d’affaires. Il s’agit pour l’État de compenser le remboursement aux entreprises d’une taxe sur les dividendes qui a été invalidée par le Conseil constitutionnel après avoir été  perçue depuis cinq ans.

Le bilan mutualiste des mesures prises sous le quinquennat

De plus en plus soumis à la double pression de la concurrence du marché et des contraintes règlementaires qui lui sont imposées par l’Etat ou par l’Union européenne, le monde mutualiste a vu ses marges de manœuvre se rétrécir considérablement depuis une vingtaine d’années. Si la dynamique concentrationnaire à l’œuvre depuis une quinzaine d’années se justifie par des arguments économiques (réserves prudentielles), elle n’en traduit pas moins une perte d’autonomie des mutuelles.

Mutualisme et économie collaborative

Le monde mutualiste se penche sur l’économie collaborative, dite aussi (parfois à tort) économie « du don » ou « du partage », qui impacte à la fois les relations sociales et des secteurs d’activité de plus en plus nombreux, en lien avec l’essor du numérique. Pour autant, si « collaboratif » et « mutualiste » semblent étymologiquement et ­éthiquement compatibles, il convient d’y regarder à deux fois avant d’établir des partenariats.

Les mutuelles s’opposent...

Cependant, l’avenir de l’Assurance maladie n’est pas si dégagé, dans la mesure où il se construit au fil des compromis signés avec les professionnels de santé et les organismes complémentaires. L’envolée des dépenses dentaires et ophtalmologiques, et plus largement des dépassements d’honoraires, pèse lourdement sur les assurés.

La santé : de toute évidence, un enjeu pour la présidentielle

La Mutualité française souhaite mettre la question de la santé au cœur de la présidentielle, comme elle l’a montré à l’occasion de ses journées de rentrée qui se sont tenues à Lille à la fin du mois de septembre. Pour la réalisation de cet objectif, la fédération organisera une plate-forme participative, Place de la santé, permettant aux adhérents d’évaluer les propositions des candidats. Notons qu’une telle initiative avait déjà été prise à l’occasion de l’élection de 2012.

Passage de témoin à la présidence de la Mutualité française

Etienne Caniard, président de la Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF) depuis 2010, a cédé la place à Thierry Beaudet, élu pour un mandat de cinq ans par l’assemblée générale du 23 juin 2016.
Seul candidat en lice, celui-ci a recueilli 86,93 % des suffrages. Thierry Beaudet est président du groupe MGEN depuis 2009 et président-­cofondateur de l’union mutualiste de groupe (UMG) Istya, créée en 2011, en rapprochement avec d’autres mutuelles de la fonction publique.

Réseaux mutualistes : « Où sont les femmes ? »

Constitué le 1 er  juin dernier à la Maison de la mutualité (Paris), le réseau Mut’Elles, présidé par Dominique Joseph, trésorière générale adjointe de la Mutualité française, se donne pour objectifs principaux d’impulser une plus grande mixité dans ses structures et d’accroître la représentation des femmes dans les conseils d’administration (l’obligation légale prévoyant déjà un minima de 40 % d’ici 2021). Comme l’a souligné D.