responsabilité sociale de l'entreprise

Collaborer avec le secteur lucratif

Sous l’effet conjoint de la responsabilité sociale des entreprises et de l’entrepreneuriat social, les collaborations entre organisations à but lucratif et organisations sans but lucratif sont aujourd’hui fréquemment présentées comme fructueuses pour les deux parties : d’une part, elles seraient susceptibles d’accompagner les entreprises vers une meilleure prise en compte des enjeux sociaux et environnementaux et, d’autre part, elles offriraient au secteur sans but lucratif de nouvelles opportunités pour accomplir ses missions. Face à ces attentes élevées, il est intéressant de tirer les enseignements de la littérature qui s’est développée sur le sujet depuis une quinzaine d’années, principalement dans le monde anglo-saxon. Le bilan de ces travaux se révèle mitigé : si ces collaborations apparaissent potentiellement prometteuses, leur mise en œuvre s’avère particulièrement délicate.

Numéro de revue: 
333
Année de publication: 
2014
Auteur(s): 
Philippe Semenowicz

Coopérative, une entreprise socialement responsable? Par Pierre Liret

Depuis le déclenchement de la crise financière de 2008 et de la crise économique qui s’en est suivie, le modèle coopératif suscite un nouvel intérêt des pouvoirs publics, des décideurs et de l’opinion. Orienté sur le service aux membres et non sur la rémunération du capital, ancré territorialement, ce modèle apparaît comme un garde-fou aux excès du capitalisme financier et porteur de bien des vertus. Elle est même souvent présentée, y compris par ses propres ambassadeurs, comme l’entreprise du développement durable et à tout le moins, une forme d’entreprise socialement responsable et qui s’inscrit plus naturellement dans les normes de la RSE (indifféremment libellé responsabilité sociale des entreprises ou responsabilité sociale et environnementale ou encore responsabilité sociétale des entreprises).

La responsabilité sociétale des entreprises d'ESS et développement durable (Cress Pays de Loire)

L’observatoire de l’Economie Sociale et Solidaire des Pays de la Loire a souhaité travailler sur le secteur du tourisme associatif à vocation sociale, en collaboration étroite avec l’Union Nationale des Associations de Tourisme des Pays de la Loire. Cette étude s’inscrit dans la continuité des travaux menés par l’Observatoire de l’ESS sur la Responsabilité Sociétale des Organisations de l’ESS.

F. Bayrou propose un nouveau statut d'entreprises à objet social environnemental et économique

Alors que Jean-Luc Mélenchon (11'30) faisait acclamer la coopérative ouvrière par 100000 citoyens place de la Bastille le 18 mars, François Bayrou précise ce qu'il entend par "nouvelle ESS" dans son programme: "Soutenir l’économie sociale et solidaire en leur facilitant l’accès à la commande publique et en promouva

« RSE et ESS : Pour de nouveaux droits ? », 21 septembre 2011, Paris

La coopérative Rencontres Sociales et l’AITEC (Association Internationale des Techniciens, Experts et Chercheurs) en partenariat avec la MACIF et « Pour la Solidarité » proposent une rencontre-débat sur le thème "RSE et ESS : Pour de nouveaux droits ?", le 21 septembre, à l'auditorium de la Macif (-15/17, Place Etienne Pernet,  75015 Paris, M° Félix Faure) de 18h à 20h30.

Le Bilan sociétal : un outil pour mettre en oeuvre l’ISO 26000 ? Par Mathilde Heslouin

L’Organisation internationale de normalisation (ISO) célébrait en novembre 2010 la publication de la première norme de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) : l’ISO 26000. Le processus d’élaboration de la norme, qui s’est appuyé sur le dialogue entre diff érents acteurs (syndicats, industriels, ONG, mais aussi consultants et universitaires), a permis d’établir un consensus international sur un concept faisant l’objet de nombreuses controverses, tant dans ses défi nitions que dans ses pratiques.

Dossier « RSE, régulation et diversité du capitalisme » dans la dernière livraison de la Revue de la régulation

Nous avons le plaisir de vous informer de la parution du numéro 9 de la Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs. Ce numéro offre l’occasion de poursuivre la réflexion sur les mutations du capitalisme contemporain en interrogeant la notion de Responsabilité sociale des entreprises et sa capacité à jouer un rôle dans la formation de nouveaux compromis.

Au sommaire de ce numéro :