microcrédit

Micro-prêts collectifs et amélioration de la performance des groupements villageois : enquête à Kolda (Sénégal)

Afin d’étudier la relation entre l’accès aux microcrédits collectifs et l’amélioration de la performance des organisations villageoises (OV) et des groupements féminins (GPF), une enquête par questionnaire a été menée auprès de 56 groupements de la région de Kolda, située au sud du Sénégal, où l’incidence de la pauvreté (proportion de la population vivant avec moins de 1 dollar par jour) est de 76,6%. L’étude vise à déterminer si les micro-crédits collectifs octroyés par les institutions de microfinance (IMF) ont un impact significatif sur l’amélioration de la performance commerciale et financière de ces groupements. Si les résultats de l’enquête attestent d’une relation
significative entre ces deux paramètres, plusieurs facteurs peuvent expliquer les situations d’échec.

Numéro de revue: 
350
Année de publication: 
2018
Auteur(s): 
Serigne Diop

Le microcrédit personnel : un modèle au potentiel inclusif limité

Cet article a pour objet de dresser un état des lieux de l’utilisation du microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale (FCS ; loi n° 200532 du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion sociale) depuis sa création en France, en 2005. Il montre que des freins matériels et conceptuels inhérents aux caractéristiques du dispositif en limitent l’usage et l’effi cacité. A partir de données chiffrées, il met en évidence que les coûts et les contraintes organisationnelles assumés par les établissements fi nanciers prêteurs et les intermédiaires sociaux condamnent une distribution plus massive du microcrédit personnel. Il souligne, ensuite, qu’en dépit d’études d’impacts optimistes, menées par exemple par la Fédération nationale des Caisses d’épargne (2010) ou plus récemment à la demande de la Caisse des dépôts et consignations (Gloukoviezoff , Rebière, 2013b), la conception même du dispositif peut conduire à des dépenses diffi cilement justifi ables pour l’Etat. Il conclue sur la nécessaire rénovation du dispositif en profondeur pour en faire un réel facteur d’inclusion.

Numéro de revue: 
335
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Jean-Marc Figuet et Fabienne Pinos

4e Rencontre des Acteurs du Microcrédit Personnel, 4 juin, Nanterre

Le contexte économique et social renforce l’utilité du microcrédit. Le nombre de bénéficiaires augmente. Il devient aujourd’hui nécessaire de fédérer l’ensemble des acteurs (Etat, société civile, collectivités territoriales, banques….) autour de cet objectif de lutte contre la précarité et les exclusions. Les nouvelles réglementations bancaires pourraient avoir des conséquences sur l’accès au crédit. La fragilité des ménages, conjuguée à la prudence des banques, risque de favoriser l’émergence de nouveaux acteurs en dehors de tous contrôles, les « shadow banks ».Il convient de replacer l’ensemble des acteurs face à leur responsabilité. Faut-il rééquilibrer les logiques entre prudence et imprévoyance ? Une loi d’incitation doit-elle venir compenser une réglementation de restriction ? Comment organiser le contrôle des nouvelles initiatives sans brider l’innovation ? Faut-il empiler les structures et dispositifs, au risque d’accroître les coûts et de réduire l’efficacité ?

Crise en microfinance :le point de vue de développement international Desjardins

Le mouvement coopératif des Caisses Desjardins, le premier employeur privé du Québec, s'investit depuis longtemps dans l'aide au développement. Sa composante Développement international Desjardins (DID), spécialisée en appui technique et en investissement dans le secteur de la finance de proximité dans les pays en développement et en émergence (Afrique, d'Amérique latine, Antilles, Asie, Europe centrale et de l'Est) proposait en juin 2011 une intéressante réflexion et mise au point sur la crise de la microfinance (effet de cavalerie, taux usuraires...) : en dépit d'une certaine désinformation sur les effets néfastes de le l'action des IMF, sans pédagogie et accompagnement à la coopération, l'accès des plus pauvres aux services financiers constitue un véritable piège pour ces populations.

Au sommaire de la dernière livraison du Ciriec-Espagne, Revue de l'économie publique, sociale et coopérative

CIRIEC-España, revista de economía pública, social y cooperativa, nº 70, abril. 2011, ISSN impreso: 0213-8093, ISSN online: 1989-6816

Les citoyens face à la réglementation européenne des services publics : une évaluation du cas de l’Espagne (Judith Clifton; Daniel Díaz-Fuentes ; Marcos Fernández-Gutiérrez y Julio Revuelta)

L’économie solidaire entre le local et le global : l’exemple de la microfinance

La microfinance, au coeur de cet article, recouvre des services financiers destinés à des populations en marge de la finance dite formelle, caractérisés par des montants unitaires faibles, qui sont souvent envisagés dans leur dimension locale. A l’instar de l’ensemble des initiatives d’économie solidaire, la légitimité et l’efficacité de la microfinance supposent un ancrage territorial fort. Les auteurs montrent toutefois que, plus que d’autres éléments constitutifs de l’économie solidaire, la microfinance est mondialisée, au sens où des modèles analogues se rencontrent dans les régions les plus diverses du globe. Les dispositifs de microfinance sont à l’échelle planétaire des supports de flux de techniques, d’informations et de capitaux qui relient des instances et des institutions diverses. ONG locales, ONG internationales, fondations et groupes de pression institués, gouvernements locaux, nationaux et fédéraux et institutions de coopération bilatérales et multilatérales contribuent à une dynamique d’hybridation des ressources.

Numéro de revue: 
296
Année de publication: 
2005
Fichier attachéTaille
PDF icon 296_083099.pdf195.31 Ko
Auteur(s): 
Guérin I., Servet J.-M.

Microfinance et réduction de la pauvreté, le cas du Crédit du Sahel au Cameroun

Cet article présente l’expérience d’une coopérative d’épargne et de crédit, le Crédit du Sahel, qui tente à travers quelques formules innovantes de réduire la pauvreté dans un pays, le Cameroun, où le taux de pauvreté est assez élevé. Cette structure de microfinance a mis sur pied une forme très attractive de petits crédits permettant aux bénéficiaires soit de financer une livraison ou le traitement d’une commande, soit de favoriser le renouvellement de petits matériels agricoles, soit de financer l’achat des intrants agricoles. Certaines actions s’inscrivent dans un partenariat avec l’Union européenne autour de projets de développement. Si les revenus qui en résultent permettent aux populations de rembourser le crédit contracté, ils leur offrent avant tout les moyens de se nourrir et de sortir peu à peu de la précarité et de la pauvreté ambiante.

Numéro de revue: 
288
Année de publication: 
2003
Fichier attachéTaille
PDF icon 288_080088.pdf195.31 Ko
Auteur(s): 
Tchouassi G. Tekam Oumbe H.

Caisse d’épargne et ADIE : une configuration partenariale innovatrice

Alors que les forces du marché poussent les organismes de crédit coopératif vers la banalisation, on observe aussi des forces de réciprocité qui font émerger des partenariats entre ces organismes et des associations dans le champ du micro-crédit solidaire. Une configuration partenariale est étudiée dans cet article : la Caisse d’épargne Ile-de-France-Paris (CE IDF-Paris) et l’Association pour le droit à l’initiative économique (ADIE) Ile-de-France, partenaires dans l’offre de prêts à des micro-entrepreneurs. L’approche socio-économique permet de dégager les caractéristiques institutionnelles et organisationnelles de ce partenariat, de même que les perspectives ouvertes. Ainsi, si ce partenariat permet de mieux répondre aux besoins de personnes exclues du marché financier, il contribue ce faisant à l’actualisation du projet fondateur de la caisse.

Numéro de revue: 
286
Année de publication: 
2002
Fichier attachéTaille
PDF icon 286_023037.pdf195.31 Ko
Auteur(s): 
Malo M.-C. Lapoutte A.