Cicopa

Un rapport de Cicopa sur l’entrepreneuriat coopératif chez les jeunes

Cicopa, l’Organisation internationale des coopératives industrielles et de services (Cicopa est une organisation sectorielle de l’ACI (Alliance coopérative internationale), a enquêté auprès de 64 coopératives de jeunes sur les cinq continents afin de réaliser une étude intitulée « Global Study on Youth Cooperative Entrepreneurship ». La majorité des structures ayant participé à l’enquête sont des coopératives de services intervenant dans des domaines exigeant un certain niveau de qualification.

La contribution des coopératives à la création d’emplois dans le monde

Fondée en 1947, la Cicopa est une organisation sectorielle de l’ACI regroupant des coopératives d’industrie et de services de différents secteurs, soit quelque 68 000 structures employant quatre millions de personnes. Elle a publié en septembre 2017 son second rapport Coopératives et emploi. Ce document, fondé sur des données provenant de 156 pays, met en évidence l’importance au niveau mondial de l’apport des coopératives à l’emploi. De fait, celles-ci emploient 279,4 millions de travailleurs, soit 9,46 % de la population active mondiale.

"Coopératives et emploi, un rapport mondial", disponible en ligne

Présentée pour la première fois le 7 octobre à l’occasion du Sommet international des coopératives et disponible aujourd’hui dans sa version électronique, l'étude "Coopératives et emploi : un rapport mondial » réalisée par CICOPA, l'Organisation internationale des coopératives industrielles et de services, traite de l'importance du travail coopératif dans le paysage mondial tant quantitativement que qualitativement. En compilant des statistiques très incomplètes CICOPA a été en mesure de déterminer que l’emploi coopératif concerne directement 250 millions de personnes dans le monde, sans parler des emplois indirects et induits. Dans les pays du G20 l’emploi coopératif représente près de 12 % de la population active totale.

Cooproute: rejoignez la route européenne de la culture coopérative! jusqu'au 30 avril

Vous êtes fiers de votre activité et souhaitez la faire connaître au-delà des frontières françaises? Vous souhaitez contribuer à valoriser le patrimoine culturel européen? Cecop-Cicopa, qui fédère les coopératives de travail associé au niveau européen, est pilote du projet européen Cooproute, qui va permettre de créer un itinéraire à travers l’Europe, composé d’entreprises coopératives et de lieux symboliques de l’histoire de la coopération. Chaque entreprise ou lieu coopératif peut jusqu’au 30 avril se porter candidat pour devenir l’une des étapes de Cooproute.

Une croissance coopérative pour le XXIe siècle, rapport Cicopa pour l'ACI

Un rapport commandé par l’alliance coopérative internationale (ACI) á CICOPA, organisation sectorielle de l’ACI pour les coopératives industrielles et de services, et coordonné par Bruno Roelants avec des contributions de Patrizio Bianchi, Anup Dash, Hans Groeneveld, Pierre Laliberté, Claudia Sanchez Bajo, Vishwas Satgar et Zhang Xiaoshan. 30 octobre 2013. 

« Les entreprises coopératives dans l’industrie et les services démontrent une forte résistance à la crise »

La Cicopa,  organisation internationale des coopératives de production industrielles, d’artisanat et de services qui rassemble 42 organisations nationale dans 31 pays, a consulté 27 de ses organisations dans 21 pays pour essayer de mesurer " L’impact de la crise sur les coopératives de travail associé et sur les coopératives sociales".

La première norme mondiale sur les coopératives, la recommandation 193/2002 de l’Organisation internationale du travail

Secrétaire général de Cicopa, l’auteur de cet article rend compte du rôle joué par le mouvement coopératif mondial dans l’élaboration de la recommandation n° 193 de l’Organisation internationale du travail (OIT) concernant la promotion des coopératives (lire l’article de Mark Levin dans ce numéro). Ce sont tout autant la portée de cette nouvelle recommandation que le processus qui a conduit à l’adopter qui sont analysés ici. Comment les organisations coopératives ont-elles pu faire entendre leur voix sur le texte initial, un simple siège d’observateur étant habituellement dévolu à l’Alliance coopérative internationale (ACI) dans le cadre de ces négociations ? Seuls les représentants des gouvernements, des syndicats et des organisations d’employeurs y participent et des accréditations auprès de ces trois groupes étaient nécessaires. Qu’il s’agisse d’obtenir un traitement différencié des coopératives pour ce qui fait leur spécificité par rapport aux autres entreprises ou de souligner la responsabilité des Etats dans la promotion des coopératives, cette implication du mouvement coopératif a contribué à finaliser un texte réellement utile pour son développement futur.

Numéro de revue: 
289
Année de publication: 
2003
Fichier attachéTaille
PDF icon 289_020029.pdf195.31 Ko
Auteur(s): 
Roelants B.